Faire (tout) ce que l’on peut – Vermont 100 numéro 5

Il n’a jamais été question que j’abandonne. Bien sûr, l’idée m’a traversé l’esprit à quelques reprises durant la journée, mais en ce qui me concerne, c’est une chose normale durant un ultramarathon de 100 mile. Je ne m’en fais pas trop avec ça. L’idée stupide et irréfléchie surgit dans mon esprit, elle tourne un peu en rond avant de trouver la sortie. Je la laisse ainsi passer sans m’y accrocher et règle générale, j’ai un regain d’énergie qui survient tout de suite après, regain d’énergie qui me propulse vers l’avant pour le meilleur. Seulement, ce n’est pas toujours aussi évident.

Dès le départ de ce cinquième Vermont 100, je savais que ça ne serait pas facile. La raison est simple: j’ai passé une bonne partie de l’hiver avec une blessure au bassin, incapable de courir ne serait-ce que 100 mètres, ni même de m’entrainer décemment soit à la nage ou sur un vélo stationnaire. Ma préparation était donc loin d’être au point pour ce genre d’épreuve. Pas d’excuse ici, c’est tout simplement comme ça. Ayant repris la course graduellement à la mi-avril, je savais bien que je n’avais pas le kilométrage adéquat dans les jambes. Aussi, une légère douleur récurante au tendon d’Achille gauche me causait de l’inquiétude. Mais je comptais, peut-être naïvement, sur ma bonne connaissance du parcours, mon expérience et ma volonté.

Ça n’a pas fonctionné.

Il n’a jamais été question que j’abandonne, mais en soirée, alors que j’en étais rendu à me trainer lamentablement, à dormir debout et à ne même plus pouvoir courir ni en descente ni sur les plats, il a bien fallu que je me rende à l’évidence: j’étais hors-service.

Pourtant, après un début de course moyen et une très mauvaise nuit de sommeil (pas même trois heures en continu, juste par morceaux), j’avais réussi à me mettre dedans. Après avoir retrouvé mon équipe constituée de ma blonde, de mes filles ainsi que de mes amis Charles et Geneviève à la station d’aide Pretty House, au 34ième kilomètre, j’ai pris le bon rythme. Je sentais une fatigue inhabituelle et mon tendon élançait dans les montées, mais pour le reste, ça roulait. Contrairement à mon habitude, je me retenais dans les descentes, limitant ma vitesse pour me pas exploser mes quadriceps. Et je réussissais à le faire sans me freiner «physiquement», ce qui aurait été plus dommageable qu’autre chose. Quand je ressentais de la douleur, je me mettais à siffler ou à rythmer à voix basse la cadence de mes pas, tout simplement pour détourner mon esprit et le ramener dans de meilleures conditions. Par moments, je faisais un comparatif avec ma course de 2013 qui avait été catastrophique moralement parlant. Là, si le corps n’était pas tout à fait au point, j’avais réussi à effacer une bonne partie du doute et j’étais confiant de terminer sous la barre des 24 heures, peut-être même de rentrer sous les 22 heures. Le moral y était.

À Stage Road, deuxième station où il m’était permis de revoir mon équipe, j’avais le sourire. Près de 50 kilomètres de fait. Je suis reparti aussi vite que j’ai pu.

Dans les heures qui ont suivies, j’ai couru une longue montée en compagnie d’un coureur qui participait au Grand Slam et qui allait courir le Badwater 135 en plus. Pour ceux qui ne connaissent pas les ultramarathons, le Grand Slam consiste à courir le Western State 100, le Vermont 100, le Leadville 100 ainsi que le Wastach Front 100 dans le même été (juin, juillet, août, septembre). Un exploit en soi. Y intégrer le Badwater 135 entre le Vermont et Leadville est un exploit quasi-surhumain. De jaser avec Jordan relativisait mes propres douleurs. J’ai fini par le devancer dans la montée, mais pas de quoi pavoiser. Il venait de courir le WS100 trois semaines plus tôt et se ménageait pour Badwater. En temps normal, il m’aurait bouffé tout cru…

À mi-parcours, au premier passage à Camp 10 Bear, j’ai retrouvé ma bande. Je me suis efforcé de sourire, je ne voulais pas leur faire revivre mon cauchemar de 2013. Bien que le doute commençait à pointer le bout de son nez dans mon esprit, j’arrivais à le repousser. Encore une fois, je suis reparti le plus vite possible… mais je venais de m’asseoir dans une chaise, ce que je fais rarement dans un ultra… Mauvais signe…

Durant la longue et pénible montée qui suit Camp 10 Bear, je me suis fait dépasser par au moins cinq coureurs, ce qui a commencé à me jouer dans la tête. Une fois en haut, j’en ai rattrapé deux ou trois (dont un qui vomissait violemment), mais quelques kilomètres plus loin, d’autres m’ont fait le même coup. Je me suis changé les idées en jasant un moment avec Julie, une fille de New York puis avec le champion américain des derniers championnats mondiaux de 24 heures qui ont eu lieu à Turin en Italie, en avril, Richard Riopel. Après la station Birminghams, j’ai pris de l’avance, sur eux. Je sentais le vent tourner, je sentais ma forme revenir. À Margaritaville, kilomètre 94, j’ai repris contact avec toute mon équipe. Je tenais bien le coup. Mais quelques kilomètres plus loin, je pouvais à peine courir.

Camp 10 Bear, deuxième passage (111 km). À ce moment, je repars avec Geneviève pour la prochaine section de 7 km. Il est encore assez tôt, on ne prend pas de lampe frontale. De repartir accompagné me remet d’aplomb. Mais d’un coup, la fatigue se fait sentir. Mon tendon d’Achille élance de plus en plus. La pluie se met de la partie et dans les sections en forêt, on se retrouve dans la boue et la noirceur. Je me sens complètement lessivé. Je dors debout et Geneviève doit taper dans ses mains pour me ramener à la réalité. Je zigzague sur les sentiers. Je ne pense qu’à une chose: m’arrêter, me fermer les yeux et dormir. Dans la descente qui nous amène à la station Spirit of 76 et dans laquelle je devrais m’amuser comme un fou, je titube. Je ne veux juste pas me casser la gueule et je rêve d’un endroit où m’asseoir.

Quand on rejoint enfin toute l’équipe à la station, je demande un quinze minutes de grâce et me laisse tomber sur une chaise où je m’enfonce en fermant les yeux. Je sens tout le monde – Nathalie, mes filles, Charles et Geneviève – inquiets autour de moi. Au bout des quinze minutes, je change de chaussures (je laisse tomber mes fidèles N2 de Pearl Izumi pour les Paradigm 1.5 de Altra, plus coussinés), me relève et déclare aussitôt que c’est terminé pour moi avant de me laisser retomber sur la chaise, la tête entre les mains. Personne ne m’a encore vu dans cet état. Pas même moi. Je suis plus détruit qu’à l’UTMB. Puis, je pense à mes filles qui me regardent et je me dis que je ne veux pas qu’elles me voient abandonner de cette façon. Je me relève, la mort dans l’âme, et annonce que je repars pour la prochaine section. Dix-huit kilomètres. Les dix-huit putains de kilomètres que je déteste le plus de cette course. Cette fois, je suis avec Charles. Je suis en bonne compagnie. Je me dis intérieurement que je vais passer à travers, que je ne peux que reprendre du mieux – quand on est au trente-sixième dessous, on ne peut que remonter, non? Charles est là pour me soutenir. Les trois ou quatre premiers kilomètres de la section s’annoncent prometteurs. Je semble reprendre du mieux. Ce n’est qu’un leurre. On quitte le sentier boueux pour reprendre les chemins de terre. Me voilà cuit. Pour de bon. On se fait dépasser à la tonne. Des coureurs que je n’ai jamais vu de la journée. Puis par Julie, rencontrée plus tôt. Par Jordan, le Grand Slammer. Par Richard, le gars des 24 heures. Un copain coureur, Daniel, avec qui j’ai couru un peu le matin, passe devant nous. On le salue. On jase un peu. Il semble en plein forme. Je ne suis qu’un zombie.

Encore une fois, je dors debout. Charles me ramène sur terre à plusieurs occasions. Mes jambes ne répondent plus. Plusieurs fois, je m’efforce de courir. Je n’arrive même pas à faire 20 mètres. Ma technique d’un arbre à un autre ne fonctionne même plus. Je veux m’étendre par terre. Dormir. À la station d’aide Cowshed, je m’assois et bois un café. Il y a un autre coureur assis à côté de moi, totalement explosé. J’ai envie d’abandonner là. Il reste environ 7 kilomètres à faire avant de rejoindre Nathalie, mes filles et Geneviève. J’ai peine à y croire à ces sept kilomètres qui restent à faire. Peine aussi à croire que je vais abandonner. On repart. Le café fait effet. Je me sens réveillé. J’essaie de courir. Mon tendon d’Achille élance de plus en plus, avec force. Mes quadriceps sont barrés. J’ai du mal à marcher dans les descentes. Voilà. À contre-coeur, j’annonce à Charles que c’en est assez. Une fois rendu à la station Bill’s, 142.3 km, ce sera terminé pour moi. Ça ne sert plus à rien. Je ne cours plus depuis longtemps. J’ai du mal à me tenir debout. J’ai peut-être réussi à vaincre le sommeil, mais c’est trop peu, trop tard. Je pourrais terminer, oui. Mais en marchant… Lentement… Pas question de faire endurer ça à ma blonde, mes filles, mes amis. Je pourrais leur dire d’aller se coucher à leur hôtel, et continuer seul comme je l’ai déjà fait, terminer à l’aube, mais ils ne voudront jamais. Pas dans l’état où je suis. Et puis, est-ce que j’ai réellement envie de marcher un autre 4 ou 5 heures? Pour les dix-sept kilomètres restant? Non. C’est une course, bon Dieu! Pas une marche! Je ne considère même pas cela comme un abandon, simplement un arrêt par la force des choses. Et puis, d’une manière ou d’une autre, abandon ou pas, je m’en fous pas mal, pour être franc.

Arrivé à Bill’s, j’annonce à l’équipe médicale que c’est terminé pour moi. On me pèse malgré tout – mon poids est ok – et on me dirige vers une chaise longue où je m’étends avec peine. Je pourrais facilement prendre une heure de repos ici, puis repartir. Mais non, encore une fois. Il n’en est pas question. Nath m’amène mes vêtements propres et elle m’aide à me changer derrière la grange. De retour à ma chaise, la bénévole qui m’a accueilli m’apporte une soupe tiède. Je mange un grille-cheese. Au bout d’une demie-heure, on ramasse nos trucs et mon équipe me ramène en voiture à ma tente, au site de départ/arrivée, à Silver Hills, avant de quitter pour leur hôtel. Seul, assis dans le noir, je bois une IPA en canette que je ne savoure même pas. Je suis crevé. Je me glisse avec difficulté dans ma petite tente une place. Et je m’endors d’un coup, complètement brûlé.

Game over.

DSC00648

À Stage Road, avec Simone et Marion. Tout va bien! Rock on!

DSC00660

Premier passage à Camp 10 Bear avec Charles, Simone et Marion.

DSC00663

Quand faut y aller, faut y aller… Même si ça me tente plus ou moins…

DSC00684

Quelle équipe! Simone, Marion et Nathalie – manque Charles, Geneviève et Julia qui prend la photo.

DSC00730

Départ de Camp 10 Bear 2, accompagné de Geneviève. Je ne le sais pas encore, mais c’est le début de la fin pour moi, malgré les efforts de Gen pour me garder en piste.

Tout ne peut pas toujours aller comme on le voudrait. Il faut accepter cela. Une semaine jour pour jour après la course, je ressens encore une bonne fatigue. Mentalement, je sais que j’étais prêt pour le VT100. Physiquement, le corps manquait «d’huile» et de kilométrage au compteur. Mes quadriceps sont revenus à la normale, mais mon tendon d’Achille me fait encore souffrir et, contrairement à mon habitude, je n’ai pas encore recouru depuis. Je compte bien le tester en douce dans les prochains jours, mais le déchirer pour de bon ne serait sûrement pas la meilleure chose à faire… Patience.

La bonne nouvelle concerne la blessure qui m’a mis sur le carreau tout l’hiver et une partie du printemps. Pas une seule fois elle ne s’est manifestée ni fait ressentir tout au long des 140 kilomètres et plus parcourus. Un dossier qui semble enfin réglé. Je l’espère bien.

Pour la suite des choses. Fin septembre, je cours un 24 heures. Une première pour moi: 24 heures sur une boucle de 5-6 km. Pour la Fondation du Centre Jeunesse de la Montérégie. Une cause qui me tient profondément à coeur. Il est donc question d’ici là de prendre le plus grand soin des petits bobos et de concentrer toutes mes énergies vers cet évènement. Ensuite, on verra bien. Un nouveau 100 mile se profile peut-être pour janvier 2016…

Je croyais prendre une pause du Vermont 100 après cet été. Maintenant, j’ai une sérieuse revanche à prendre. Je compte bien être présent sur la ligne de départ en juillet prochain, et cette fois, dans une meilleure forme que jamais! Ensuite, il sera temps de passer à autre chose. Pour un temps. À d’autres courses, je veux dire.

The game is not over, after all… It never is.

IMG_0956

Réflexions, récupération et une IPA de l’Oregon.

One should therefore be gentle but firm with what just occurred. Overreacting to a lack of mindfulness instigates discursive thinking. Gentleness is the key.

– Sakyong MIPHAM

 (Merci à ma fille Julia pour les photos prises tout au long de la journée.)

Liberté

Une demie-heure plus tôt, j’étais allé voir les résultats sur le site web du marathon. Chez les hommes, Lelisa Desisa (ETH) l’a emporté en 2:10:22. Chez les femmes, Rita Jeptoo (KEN) en 2:26:25. J’ai cherché le nom de quelques connaissances pour voir leurs temps. En vain. La totalité des résultats ne semblait pas compilée. Je suis allé me préparer un petit espresso d’après-midi en réfléchissant au souper que j’allais préparer. Machinalement, j’ai pris mon iPhone et ouvert mon compte Twitter. Quelqu’un m’avait envoyé le message suivant: «As-tu vu ce qui est arrivé au marathon de Boston?» Non. Je n’avais pas vu. Je suis allé voir…

Le monde est parfois un endroit terrible, remplit d’horreurs et de bêtes sauvages – et je ne parle pas ici des ours, des loups et des lions de montagnes. Le monde dans lequel on vit peut parfois sembler être une sombre et cruelle bêtise. Et il arrive que le monde dans lequel on vit me désespère et m’écoeure.

Ç’a été le cas lundi alors que je regardais les explosions (en HD!…) passer en boucle. On peut rester avec ce sentiment et l’entretenir, cette infinie tristesse, cette désolation de l’âme. Mais ça ne mènera jamais à rien de bon. Alors, on choisit de voir l’autre côté de notre monde, celui où la beauté se renouvelle sans cesse, jour après jour, année après année, saison après saison. Un monde où la beauté, quand on prend la peine de s’y attarder, trouve toujours son chemin, même à travers les craques de l’absurde et de l’innommable. C’est le seul abri possible. Un abri fragile, bien sûr, mais le seul. Croire en la beauté par dessus l’horreur. Demeurer confiant face à l’humanité plutôt que trembler devant les lâches qui s’acharnent à la détruire. C’est de cette seule manière que l’on peut vivre.

Dès le lendemain j’ai lu une chronique qui disait qu’on ne courrait plus jamais comme avant. Penser, réagir de la sorte revient à donner raison à ceux qui prônent, prêchent et pratiquent la Terreur. Au contraire, je crois qu’il faut courir encore plus et encore plus librement qu’avant. Ce n’est pas la course à pied qui a été attaquée à Boston. C’est la liberté. Et succomber à la peur, c’est abandonner notre liberté, c’est la donner en pâture aux sauvages, aux lâches qui la refusent, qui la rejettent, qui la bafouent et qui la souillent constamment du sang d’innocentes victimes.

Des gens se sont inquiétés pour moi, croyant que je prenais part à la course.

Je n’ai pas encore «mérité» le marathon Boston. Oui, ce marathon se «mérite». Et peut-être encore plus aujourd’hui qu’hier. À 45 ans, il me manque un bon 10 sinon 15 minutes pour m’assurer une participation, mon meilleur temps sur la distance étant de 3 heures 30 minutes et des poussières.

Pour être tout à fait honnête, je n’ai jamais rêvé de courir Boston. J’y ai seulement couru quelques kilomètres le long de la Charles River à l’été 2008. Mes rêves de course se portent plutôt vers les Ultras: le Western States 100, l’UTMB, Leadville, Hardrock, Massanutten… Mais depuis une semaine, les choses ont un peu changées. Si je ne crois pas pouvoir retrancher les minutes en trop au prochain marathon d’Ottawa à la fin mai – blessure qui traîne et la possibilité d’être au MMT100 une semaine avant -, il n’est pas dit que je ne tenterai pas ma chance à l’automne sur un autre parcours. Ça reste à voir. Peu importe que je sois à Boston ou non en avril 2014. J’y serai un jour.

Et le marathon, lui, y sera toujours.

boston-marathon-2013-modesto

«Les méchants qui outragent les bons ressemblent à celui qui lancerait un crachat vers le ciel. Le ciel ne pouvant pas être sali par le crachat, c’est (l’homme) lui-même qui est sali. Ils ressemblent encore à celui qui jetterait de la poussière contre un adversaire placé du côté d’où vient le vent; la poussière, ne pouvant pas atteindre l’adversaire, revient (sur elle-même) et contre celui (qui l’a jetée).»

Le BOUDDHA

«(…)La peur est une force qui aiguise nos sens. Avoir peur est un état de paralysie contre lequel on ne peut rien. Il est primordial de comprendre la différence (…)»

Marcus LUTTRELL