Quand les choses ne se déroulent pas comme on le veut

Marathon d’Ottawa. 25 mai 2014.

Pas le résultat que j’escomptais.

Mais pas tout à fait le fiasco que ça aurait pu être.

Du départ jusqu’au 23-24ième km, tout allait comme il faut. Je suivais mon plan de match, j’étais sur le bon pace, le bon rythme. Depuis le kilomètre 20, je devançais le lapin de 3:25. Je m’étais retenu pendant un bon moment pour ne pas le passer avant la mi-parcours, mais au 20ième, puisque j’y étais… Admettons qu’à ce moment je filais pour finir en près de 3 heures 20. La qualification pour Boston dans mon groupe d’âge est de 3 heures 25. Contrairement à plusieurs, le marathon de Boston n’est pas un rêve ni un but, mais si je me qualifie, bien sûr que je serai partant! En plus, j’adore cette ville. Donc, au 23-24ième km, c’était encore tout à fait possible. Je gérais bien mon énergie, le moral était bon. Je m’attendais naturellement à une baisse de régime dans les kilomètres à venir, mais j’étais prêt à y faire face. Je sentais bien un léger début de crampe dans l’ischio-jambier droit, mais rien pour m’inquiéter vraiment. Je n’ai jamais eu trop de problème avec les crampes, quelques fois en trail,  rien de terrible. J’aurais dû me méfier…

J’ai senti le SNAP! dans ma jambe. Et je suis parti à sautiller en courant, la jambe droite quasi hors-service. Je n’avais encore jamais senti une douleur comme ça en courant. Je me suis accroché et j’ai réussi tant bien que mal à garder le bon rythme. Je savais que ma famille et mes amis allaient être de l’autre côté du pont Alexandra. Je me suis dit que j’allais m’arrêter près d’eux, prendre le temps de m’étirer et de juger des dommages. Puis, j’ai pensé au risque probable d’abandon si je faisais un arrêt à cet endroit, avec eux. Il me semblait élevé. Et il n’en était pas question! J’ai abandonné ce même marathon en 2011 pour des raisons que je m’explique encore mal. Cette fois-ci, malgré la douleur, j’allais tenir le coup. Et finir. Peu importe comment.

J’ai fait un premier arrêt étirement sur Sussex, dans la descente, puis je suis reparti en serrant les dents. À partir de ce moment, ç’a été une succession de course-arrêt-étirement. Pas vraiment la joie. Les descentes, surtout, me faisaient mal. À un point d’aide médical, j’ai demandé des Advil – ce que je ne fais jamais. On m’a donné des Tylenol. Ok. J’ai gobé ça avec une gorgée d’eau et hop!

J’ai commencé à encourager les coureurs/coureuses autour de moi qui en arrachaient eux aussi, ça me permettait de penser à autre chose qu’à ma propre douleur. Le lapin de 3:25 m’a dépassé, suivi de celui de 3:30 quelques minutes plus tard. Décidément… J’ai choisi d’en rire, mais juste un peu. En remontant Sussex, j’ai recommencé à marcher. Puis j’ai repris la course. J’avais beau regarder ma montre et essayer d’évaluer le temps que ça allait me prendre pour finir, je n’y arrivais pas (moi et les chiffres!). Sur ma Suunto Ambit, j’ai activé la fonction autostop pour la course sur route, très pratique quand on doit s’arrêter aux feux de circulation en entrainement. Là, avec tous les petits arrêts non-prévus, le temps de course affiché sur ma montre ne valait plus rien. Je pensais maintenant finir dans les 3 heures 45. Au mieux. J’attendais de voir passer le lapin… C’était très loin de ce que j’avais envisagé. Et alors? J’allais finir, non? C’est ce qui m’importait. Faut savoir s’adapter.

Dans les quatre derniers kilomètres, j’ai tenté de ne plus m’arrêter. Impossible. Je me suis étiré la jambe une dernière fois et j’ai marché le dernier point d’eau. Puis j’ai «attaqué» le 41ième kilomètre à 5:09min/km. Quand je suis passé devant ma gang qui m’encourageait en criant, je n’ai pas oublié de leur sourire. J’étais au moins encore capable de ça!

photo 2

3:34:34. Mon temps officiel. Mon deuxième meilleur temps sur la distance. Pas si mal compte tenu des circonstances.

En 2013, une semaine jour pour jour après avoir couru les 100 miles du Massanutten, j’ai fait un temps de 3:37:29.

En 2012, mon record personnel de 3:30:30.

En 2015, sans bobos, ça devrait y être pour un bon PR.

Maintenant. Était-ce une bonne idée de poursuivre avec une blessure?

Non. Cent fois non. Mais l’orgueil jumelé à trois précédents abandons dont je ne suis pas fier et aussi le fait de ne pas avoir pris le départ de mes deux premières courses de la saison – le 50 km Intérieur (malade) et le Demi de la Banque Scotia (horaire trop chargé) – m’ont poussé à prendre le risque. Il est possible que je le regrette. Si c’est le cas, je saurai au moins à qui m’en prendre.

Claquage, élongation ou contracture? À ce que j’en lis, j’ai une élongation du muscle ischio-jambier. Un claquage, comme je l’ai d’abord cru, m’aurait stoppé net. L’élongation m’a permis de poursuivre tout en ralentissant mon rythme. Donc, au menu pour les prochains jours: repos, glace, compression et élévation. Je prends naturellement congé de course pour le reste de la semaine. Je verrai lundi prochain (2 juin) où en sont les choses. Si tout va bien, si tout se replace comme il faut, début du «vrai» entrainement pour l’UTMB.

Sinon, ce sera un détour par la physio.

Et j’irai marcher avec mon chien.

IMG_4620

12 thoughts on “Quand les choses ne se déroulent pas comme on le veut

  1. ledernierkilometre 2 juin 2014 / 13 h 47 min

    Honnêtement, même si ce n’était pas la chose à faire, je crois que ce n’était pas une si mauvaise idée de continuer. Des fois, les doutes semés par les « J’aurais donc dû… », ça cause plus de ravages que les blessures elles-mêmes.
    En tout cas, quand on s’est croisés sur Sussex, j’aurais bien aimé pouvoir me séparer en deux, question de faire un bout avec toi. Mais bon, ma job d’accompagnateur commençait vraiment à ce moment-là, alors…
    Bonne récup et on se voit à St-Donat !

    • patgodin 14 juin 2014 / 5 h 56 min

      Je pense que tu m’as croisé dans le pire. La remontée de Sussex était plutôt douloureuse. Heureusement, tout semble bien aller ces jours-ci. À St-Donat, je vais prendre ça cool, comme un long entraînement. Tout devrait être ok. On se voit là-bas.

  2. Brigitte 31 mai 2014 / 9 h 13 min

    Awww l’orgueil!!! On veut tous réussir nos courses et être fière de nous….Il ne faut pas oublier de courir, seulement pour le plaisir … mais pas facile!! Bon rétablissement!!! 😉

  3. Pierre 30 mai 2014 / 7 h 18 min

    Pas de chance cette blessure… maintenant ce que je te souhaite, c’est qu’avec une bonne guérison ce soit le genre de blessure sur laquelle tu peux ‘rebondir’ pour être plus fort au UTMB. En espérant te voir quand même à Saint-Donat?

    • patgodin 30 mai 2014 / 9 h 14 min

      Merci Pierre.
      Ça devrait bien aller, je prends ça easy cette semaine et dimanche ou lundi, on verra ce qu’il en est. Ça augure bien pour le moment. Oui pour le Ultimate, mais si jamais je suis pas prêt, je serai au VT100. Je le ferai sur les genoux, celui-là… 😉
      Je crois qu’on se voit bientôt, non?
      À+

  4. Serge Gosselin 29 mai 2014 / 19 h 48 min

    allo pat ,,,disons que les (bobo)dans une course pas trop facile ….. mais je pense que j’aurai fais la même chose probablement !!! toujours un plaisirs de te lire , bonne chance à UTMB . on ce vois a ultrabromont :))))

  5. Luc thibeault 29 mai 2014 / 14 h 52 min

    Salut Patrice,
    Je me suis souvent trouvé dans la même position durant un marathon crampes/claquages ou appelé ça comme tu voudras mais cette fois ci, dimanche dernier, à ma grande surprise, je me suis qualifié pour la première fois pour Boston…. Un marathon plein d’émotion crois moi. Bonne chance et bonne chance à UTMB.

  6. trainingforboston 29 mai 2014 / 14 h 14 min

    On a probablement couru près l’un de l’autre, mais je ne t’ai pas vu. Mais c’est fou comme il y a du monde sur le parcours ! Félicitations de l’avoir complété. En te souhaitant maintenant que ce ne soit pas trop grave et que tu puisses te remettre sur les sentiers prochainement. Bonne guérison.

    • patgodin 29 mai 2014 / 14 h 17 min

      Merci.
      Bravo pour ta course! C’est vrai qu’y a du monde! Imagine à Boston… 😉

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s