80 sur 160 – Virgil Crest Ultra (VCU)

Je ne vais pas chercher d’excuses. Je n’ai pas réussi à livrer la marchandise, samedi 22 septembre, au Virgil Crest 100. C’est dommage, mais ce sont des choses qui arrivent. Je me sentais bien au départ, j’avais hâte, j’avais relativement bien dormi. Mon alimentation était parfaite, je ne suis pas parti trop vite ni trop lentement, j’ai économisé mes énergies pour plus tard. Mais ça n’a pas fonctionné. En aucun moment je ne suis parvenu à trouver mon rythme, ma zone. Je peinais à rester concentré, focusé. Puis de petites douleurs ont commencé à se faire sentir, ce qui est tout à fait normal. Seulement, elles m’apparaissaient cette fois plus aigües qu’à l’habitude et ma jambe droite m’envoyait de drôles de signaux. Elle se déglinguait doucement…

Après 60 et quelques kilomètres, j’ai commencé à marcher. J’ai déjà fait une périostite il y a quelques années alors que je m’entraînais à la corde à danser. Je sentais bien ce qui se passait. C’était désolant. Et j’en étais désolé. Sur une quinzaine de kilomètres, j’ai marché la plupart des montées, des plats et… des descentes! Quand dans un ultra tu te mets à marcher en descendant, eh bien y a un problème.

La blessure à la jambe a commencé à jouer dans ma tête, et comme je l’ai déjà dit, quand la tête n’y est plus…

«Juste avancer» n’était plus suffisant…

Pas d’excuse, donc. Mais une blessure. Et peut-être un petit manque de coeur. Qui sait? Avec le recul, il est certain que je me questionne. Sur le chemin du retour j’ai eu un sérieux blues de l’abandon. Aurais-je pu continuer? Aurais-je continuer?… On se dit oui, on se dit non. On se dit qu’on a bien fait. On se trouve con. Le problème avec du recul, c’est qu’on se trouve surtout un peu lâche. Et le sentiment désagréable d’avoir failli à la tâche nous colle dessus. Seulement voilà: je suis allé courir hier matin (mercredi 26 septembre) au Mont St-Bruno et honnêtement, j’en ai eu assez après 9.5 km super doucement. Aurais-je pu en faire 80 de plus dans la nuit de samedi à dimanche dernier sans aggraver ma blessure? J’en doute fortement.

À présent, il vaut mieux regarder le verre à moitié plein plutôt que celui à moitié vide. J’ai quand même couru 80 km sur 160. J’ai fait une «reconnaissance» du terrain. Je connais le parcours maintenant. Je sais ce qu’il a à offrir, je sais ce qu’il me reste à faire pour le dompter… Et j’ai un nouvel objectif pour 2013.

Une revanche, que ça s’appelle.

Le parcours du Virgil Crest. Aller-retour 1X pour le 50M, 2X pour le 100M.

***

Je vais probablement mettre l’UTMB sur la glace en 2013. En toute honnêteté, je ne crois pas être prêt pour cette course. Pas prêt comme j’aimerais l’être. Il me manque de l’expérience sur 100 mile et aussi – je dirais surtout – de l’expérience en montagne. J’ai besoin de pouvoir maitriser un parcours comme celui du Virgil avant de m’attaquer à plus costaud. Certains coureurs m’ont affirmé que le Virgil Crest est parmi les 100 miles les plus difficiles qu’ils ont eu à faire. Plus difficile que le Leadville 100 – hormis l’altitude… Vrai? Faux? La seule comparaison que je puisse faire est celle avec le VT100 et il est certain que le Virgil Crest offre un degré de difficulté plus élevé. Mais il ne faut pas croire que le VT100 est un 100 mile facile… Reste que l’UTMB est d’une toute autre catégorie et j’aimerais pouvoir le compléter de belle façon. J’ai encore des classes à faire.

***

Je n’aime pas ce qu’il y a d’écrit sous cette photo. On la retrouve sur le site du VCU. Je n’aime pas voir dropped associé à mon nom.

I

44 years old male

Boucherville, Qc

Dropped

Rectification du tir à l’automne prochain.

***

Notes…

– À moins d’y être obligé par les règlements, je ne participerai plus à une course avec une veste d’hydratation. Je préfère – et de loin – avoir ma ou mes bouteilles à la main. Plus pratique, plus efficace, plus rapide lors des arrêts aux stations d’aide. Plus de liberté de mouvements aussi. Je peux comprendre que les bouteilles posent problème chez certaines personnes. Mais je m’y suis habitué et j’aime beaucoup cette approche plus minimaliste. Cela dit, en entraînement de longues distances en trail ou lorsque je vais travailler en courant, la veste et son 1.5 litres d’eau sont un must!

– J’ai toujours aimé courir en gardant un oeil sur mes fréquences cardiaques. Mais depuis quelques temps, j’éprouve des difficultés avec ma ceinture cardiofréquencemètre. Soit elle compile de mauvaises données, soit elle ne se synchronise tout simplement pas. C’est ce qui est arrivé au départ du Virgil Crest. Dead zone. Aucune fréquence visible sur la montre. Pourtant, j’étais bien vivant… J’ai couru les deux premiers kilomètres en croyant que ça allait revenir puis je l’ai enlevée. F*** it! Une nouvelle liberté! Depuis, je ne l’ai plus remise. Bien que je compte la porter – si elle fonctionne… – sur des distances comme le marathon ou le demi, elle risque fort de rester dans mon sac au cours de mes prochains ultras…

– Une semaine plus tard. Le KT Tape a fait merveille pour ma périostite. Pour la première fois ce matin, j’ai couru sans douleur. Ce qui est plutôt bon signe.

***

Pour l’automne. Petit haïku d’automne…

Au fond de la brume

le bruit de l’eau –

je pars à sa rencontre

Ozaki Hôsai

21 thoughts on “80 sur 160 – Virgil Crest Ultra (VCU)

  1. Joan Roch 11 septembre 2013 / 15 h 22 min

    Je viens de relire ce billet… avec un intérêt renouvelé ! Texte très instructif dans le cadre de ma préparation mentale pour l’édition 2013 qui approche à grands pas. On se voit là-bas !

    • patgodin 11 septembre 2013 / 21 h 52 min

      Yes! Je prépare ma stratégie…

  2. Jo 3 décembre 2012 / 21 h 41 min

    Bonjour.
    Mini question sur le taping… ça fait 3 semaines que je cours avec une périostite bilatérale, diminuée avec AINS (advil) et le KTtape me semble intéressant! Vos commentaires semblent positifs, est-ce que c’est un physio qui vous a guidé pour l’installation du bandage ?
    Merci

    • patgodin 4 décembre 2012 / 9 h 12 min

      Non. Le site web de KT Tape explique comment. Bien sûr, ça ne remplace pas les conseils d’un professionnel. De mon côté, ç’a bien fonctionné. Attention aux advil a par contre, pas très conseillées pour les longues distances en course…

      • Jo 4 décembre 2012 / 9 h 25 min

        Merci! Je vais essayer ça!
        Pas de danger pour les longues distances ces temps-ci! C’est quand même assez douloureux (et je veux garder mes reins encore longtemps!)
        Bonne course!

  3. oodree 11 octobre 2012 / 15 h 06 min

    Saluut 🙂 Tu (vous?) m’inspires beaucoup dans mes début de course à pied et aussi dans la rédaction de mon blog 😉

    • patgodin 11 octobre 2012 / 15 h 22 min

      Merci! (Tu peux dire «tu»…) Bonne course et bon blog!

  4. Sébastien Martin 9 octobre 2012 / 21 h 00 min

    Encore très intéressant, merci de partager ta passion. Douce revanche à venir pour toi en 2013.

  5. vostiguy 6 octobre 2012 / 22 h 57 min

    J’ai déjà lu: Même les meilleurs viveront leurs défaites et c’est en elles qu’on puise parfois le meilleur de soi même! Je trouve que cette citation prend tout un sens après avoir lu ce nouveau récit. Félicitation mon cher Pat! Ta façon de voir les choses, malgré cet obstacle te fera certainement grandir. J’admire ça!

  6. Mario Villemure 5 octobre 2012 / 13 h 52 min

    Patrice, yeah, c’était quand même une reconnaissance payante… y paraît qu’on apprends comme ça. Daniel et moi y serons encore l’an prochain et tu peux être certain qu’on va pas boire du « café » à 10h au Lift House en regardant passer les derniers coureurs!
    À la prochaine,
    Mario

  7. Le ptit coureur 5 octobre 2012 / 8 h 55 min

    Allo Patrice,
    Propos très durs envers toi-même, la reconnaissance du terrain est beaucoup plus approprié. Avec une distance et un pourcours comme le VCU juste d’assurer les fonctions vitales de ton corps est tout un défi.
    Bravo encore une fois!

  8. Serge Gélinas 3 octobre 2012 / 23 h 49 min

    Bonjour à tous, Bravo Mr Godin pour vos courses et exploit. Ca me donne une envie folle de commencer ce genre d’épreuve vu les moment difficiles que je traverse présentement mais j’ai aucune idée de la marche à suivre pour commencer en bas de l’échelle.

    Merci,

    Serge Gélinas

    • patgodin 4 octobre 2012 / 10 h 26 min

      Bonjour Serge,

      Il n’y a pas vraiment de secrets. Il faut commencer lentement et augmenter graduellement la distance… L’important, c’est de persévérer et de ne pas se blesser!

      Bonne chance et bonne course!

  9. Benoit Richard 3 octobre 2012 / 23 h 29 min

    Bravo Pat. Ce n’est jamais facile mentallement d’abandonner une course mais dans certaine circonstance c’est le seul choix sensé. Guéris-bien et te va revenir plus fort par la suite. Bravo pour ta course.

  10. Dimitri Kiselkov 3 octobre 2012 / 16 h 31 min

    Tu as bien fait d’arrêter pour ne pas aggraver ta blessure. La course sera là l’an prochain. Ta blessure, tu ne veux pas la revoir. Bonne chance !

  11. ledernierkilometre 3 octobre 2012 / 16 h 30 min

    Très heureux d’avoir de tes nouvelles Patrice ! Il y a des gens qui s’inquiétaient de toi au Vermont dimanche. Tu as pris la bonne décision, celle qu’on souhaite toujours qu’on va prendre si une telle situation se présente. Tu t’en serais voulu si tu avais hypothéqué les prochains mois parce que ton coeur te disait de continuer. Parfois, il faut écouter sa tête. Toutes mes félicitations !

    • patgodin 3 octobre 2012 / 16 h 37 min

      Merci!

      Comment ç’a été pour toi au VT50?

      • ledernierkilometre 3 octobre 2012 / 19 h 03 min

        C’était mon premier, alors je dirais que ça a bien été dans les circonstances. 8h42, 40e sur 292, 5e dans notre catégorie, je suis satisfait.
        Mais à te lire et après l’avoir vécu, je pense que je vais moi aussi diminuer côté équipement: j’étais trop chargé. Aussi, je vais devoir être plus efficace aux stations d’aide.
        Disons que j’ai appris. Et surtout, j’ai ADORÉ !!! 🙂

      • patgodin 3 octobre 2012 / 20 h 17 min

        Bravo! Très bon temps!

      • ledernierkilometre 3 octobre 2012 / 20 h 47 min

        Merci ! 🙂 Mais les conditions étaient tout de même bonnes: 10-12 degrés, temps couvert, pas de vent. Ok, il y avait la pluie, mais c’est mieux que de la chaleur humide…

  12. luc levesque (@training4boston) 3 octobre 2012 / 16 h 12 min

    Deux 100 miles dans la même année est déjà un exploit en soi. Heuusement, la douleur n’est plus et te voila de retour dans les sentiers. Ce qui te donne suffisament de temps pour ton prochain défi.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s