Sur la route

Tout s’est bien déroulé au Demi-Marathon de la Banque Scotia, dimanche dernier. Je ne ferai pas un compte rendu kilomètre par kilomètre, puisque c’est somme toute assez simple: Je me suis présenté à la ligne de départ détendu et confiant, la température était parfaite dans l’ensemble – mis à part le vent peut-être, et encore -, et j’ai couru de mon mieux les 21.1 kilomètres qui s’offraient à moi. J’ai eu de petites douleurs – jambier antérieur droit – que j’ai pu ignorer sans trop problème après 4 ou 5 km, des doutes à mi-parcours que j’ai balayés du revers de la main, j’ai gobé deux ou trois gels au beurre d’arachides comme une sorte de test pour l’estomac, et j’ai tenu le rythme que je voulais, même un peu plus. Je me suis senti mal, je me suis senti bien. Et au final, le résultat me convenait parfaitement.

Le plus important, c’est que j’ai aimé chaque instant de ma course. Ce qui n’est pas toujours aussi évident qu’on le pense…

Et après, j’ai croisé des gens qui ont terminé en 1 heure 15, d’autres, en plus de 2 heures 20. Tous et toutes avaient le sourire éclatant, le regard brillant. C’est aussi ça, la beauté de courir. Se dépasser, repousser ses propres limites et par le fait même, se rendre heureux. Point.

Parfois, juste pour cela ça vaut le coup.

***

Encore quelques heures et ce sera le moment

de prendre la route.

Prendre la route, prendre la route,

prendre

la route.

5 ou 6 heures sur la I-87 S, et on sera

rendu

à Central Valley, New York.

Et pas très loin, tout près,

tout près de là,

la montagne,

celle de l’Ours,

Bear Mountain et ses 50 miles,

 ceux du North Face Endurance.

Oui.

Ce sera ça

maintenant.

***

***

«The stillness of this earth

which we pass through

with the precise speed of our dreams.»

Jim Harrison, Returning to Earth

 ***

Prendre la route… Le 11 mai prochain, Sylvain Burguet s’est donné le défi de courir les 265 km qui séparent Montréal de Québec en 30 heures. Tout ça, en soutien à la déficience intellectuelle.

Ça vaut la peine de s’y arrêter un peu, non? www.ledefimontrealquebec.com

Je lui souhaite la meilleure des réussites.

***

Quelque part il y a le chaos.

En ton coeur

entretient simplement

la Beauté.

***
(Avril: 331,39 km.)

One thought on “Sur la route

  1. trainingforboston 3 mai 2012 / 22 h 06 min

    Somme toute, un test concluant ce demi. Bonne route et bon trail. Fait toi plaisir et savoure chaque minute.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s