Ici et maintenant

Donc, pas d’Ultra Trail du Mont Blanc pour moi cette année. Pas de mal. Ce n’est que partie remise pour 2013 où j’éviterai cette fois la loterie, étant déjà pré-sélectionné. En août 2012, ce sera l’Italie – plutôt que la France – en vacances et en famille et je me promets quelques kilomètres matinaux le longs des routes de la Toscane. Ça sonne ma foi plutôt bien.

***

Le Virgil Crest 100 est maintenant au programme. 22-23 septembre prochain. Inscriptions dans moins d’une semaine.

Profile du Virgil Crest Ultra. «Out and back», 50 miles. Pour 100 miles, on double la dose.

***

Dimanche matin, 7:30. -22 degrés Celsius. Courir le long du fleuve St-Laurent, sur la rive-sud. Le fleuve qui craque et gèle, la brume glacée qui s’en élève. La beauté blanche et l’ombre lumineuse des arbres givrés qui se profilent de l’autre côté, sur les Îles de Boucherville. Simplement cela.

***

Pourquoi je cours.

Pour ne pas mourir. Peut-être. Pour en retarder le temps.

Je cours parfois pour la vitesse, plus souvent pour la beauté.

Pourquoi je cours.

Pour permettre à mon âme de se pardonner à elle-même et s’offrir à la liberté lorsqu’elle n’en peut plus d’être ternie et oxydée par la connerie et l’absurdité.

Je cours pour être un peu meilleur vis-à-vis moi-même. Vis-à-vis du monde.

Je cours pour avoir la force de marcher.

Pour rager à l’occasion, enrager, grogner et maudire. Puis faire place à l’apaisement.

Pourquoi je cours.

Pour aucune raison. Pour un millier d’autres.

Parce que je cours. Point.

Parce qu’un jour il n’y aura plus rien.

***

Denis Vanier (1949-2000) est un poète violent et tendre, brutal et beau, dont on parle trop peu il me semble.

Ici, deux extraits tirés de son recueil et poème éponyme, L’URINE DES FORÊTS (titre parfait pour les TrailRunners…):

j’ai forcé la démesure

jusqu’au plus plat,

mouillé tel un lac artificiel

où l’eau tourne son dos 

teinté d’essence

au rayonnement des étoiles.

Puis:

Serions-nous de ceux qui se foudroient.

***

«Serions-nous de ceux qui se foudroient»… À méditer. Ou non. Comme ça vous chante.

One thought on “Ici et maintenant

  1. Daniel Parent 31 janvier 2012 / 14 h 14 min

    Pat, pourquoi je cours ? Pour mourir en forme. Je me suis surpris à te lire et le temps à pris un break. Tu nous inspires ma blonde et moi. Elle court comme une folle ( c’est positif )moi moins (question d’orthèses) tu la croiseras peut-être au demi scotia. Bonne course. Au plaisir de suivre tes élucubrations sur l’art de marcher vite!

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s