Bigfoot 200 Endurance Run (photos)

Daring to live means daring to die at any moment but also means daring to be born, crossing great stages of life in which the person we have been dies, and is replaced by another with a renewed vision of the world, and at the same time realizing that there will be many obstacles to overcome before we reach the final stage of Enlightenment.

Arnaud Desjardins

Il s’agit ici de faire court avec du long. Du très, très long. Parce que le temps me manque, parce que mon esprit n’a pas encore totalement assimilé l’aventure, tous ces kilomètres et toutes ces heures passés à parcourir les sentiers extrêmes et magnifiques du Bigfoot 200, autour des Monts Ste-Hélène et Adams, dans l’état de Washington. Entre 320 et 330 kilomètres (les chiffres semblent variables d’une fois à l’autre…). 82 heures et 20 minutes de course pour ma part, incluant 5 heures 30 minutes de pseudo-sommeil. Des pieds enflés comme des pattes d’éléphant, des ampoules plutôt formidables – et douloureuses. Des hauts et des bas, physiques aussi bien que métaphoriques.

Bref. Voici en photos, l’essentiel du Bigfoot 200.

IMG_3004.JPG

Arrivée à Randle, WA, pour le check-in et le meeting d’avant-course, 11 août.

IMG_2991.JPG

Dépôt des drop-bags, sacs de ravitaillement. J’en ai six, dont trois serviront sur deux stations chacun. La logistique pour faire ces sacs est énorme, du moins pour la première fois. Je saurais maintenant mieux m’y prendre. En quittant, après la course, j’ai oublié un de mes sacs là-bas. Too bad.

IMG_3008.JPG

L’arche de départ, vendredi matin, 8:15, 12 août. L’homme en rouge de dos avec un pack-sack s’appelle Todd. C’est le directeur médical de la course, un magicien des ampoules. Le coureur avec un chandail vert est Vic, avec qui j’aurai l’occasion de partager plusieurs kilomètres à la tombée de la nuit. Il terminera deuxième.

IMG_3009

Bigfoot 200, Class of 2016. Signatures requises.

IMG_3012.JPG

Ouais, bon, un selfie… Il fait déjà chaud. 5 minutes avant le départ.

IMG_3013.JPG

Game on.

IMG_3014.JPG

IMG_3015

IMG_3018.JPG

IMG_3020.JPG

À chaque pas durant ces premières heures on a le souffle coupé.

IMG_3021.JPG

Un champ d’énormes pierres volcaniques. On court là dessus. On suit les fanions roses.

IMG_3022.JPG

Tu tombes? Bien, tu tombes…

IMG_3023.JPG

IMG_3024.JPG

IMG_3025.JPG

Cet idiot souriant qui gâche ma photo!

IMG_3026.JPG

Le Mont Ste-Hélène se dévoile. Je me souviens de son éruption en 1980. Là, j’y suis. J’ai peine à y croire.

IMG_3027.JPG

IMG_3028.JPG

La traversée du désert…

IMG_3035.JPG

IMG_3036.JPG

IMG_3037.JPG

IMG_3038.JPG

Coldwater Aid Station. Les 25-30 prochains kilomètres seront très durs. Je prévoyais arriver à la prochaine station, Norway Pass, vers 1:00 du matin. J’y mettrai pieds vers 3:00. Suivant ma stratégie, j’y dormirai 2h30. J’étais à ce moment dans le top 10. Je perdrai alors des positions que je ne pourrai reprendre, me faisant un peu regretter d’avoir dormi.

IMG_3039.JPG

Deuxième matin. J’ai repris la route. Le Mont St-Hélène s’éloigne.

IMG_3040.JPG

Le Mont Adams se profile.

IMG_3041.JPG

Tu tombes… prise 214.

IMG_3042.jpg

Vous voulez que je vous conte une bonne blague?

La voici:

13934823_10210180378655024_295375974963377735_n

Yep. Sans drink et avec un burger végé.

IMG_3044.JPG

Troisième matin. J’ai dormi deux autres heures à la station précédente, Lewis Lake, que j’ai quitté vers les 1:30 du matin. Je cours seul dans la forêt dense de la Côte Pacifique. Un sentiment étrange et parfaitement grisant. De la peur? Aucunement.

IMG_3046.JPG

Lumière, un regain d’énergie!

IMG_3047.JPG

Garder l’équilibre.

IMG_3048.JPG

À nouveau, lentement, la nuit qui s’annonce. La dernière en ce qui me concerne. Je l’espère…

IMG_3050

Mont Adams.

13908901_934342656691528_610499243966748731_o.jpg

Arrivée à Klickitat Aid Station. Deux de mes plus grosses ampoules ont éclatées dans mes chaussures, me procurant un «certain» soulagement et un inconfort certain. N’empêche. Il est temps de remédier au problème.

13987461_934342733358187_1522173776899445038_o

Les bénévoles de Klickitat ont été extraordinaires! On s’est occupé de moi comme je n’avais jamais vu. Ils m’ont réchauffé, ont nettoyé mes pieds, se sont occupé de mes ampoules, m’ont fourni en Ginger Ale, m’ont nourri de côtelettes de porc et de patates rissolées. J’ai dormi là une heure pour me refaire des forces (bu 4 café à mon réveil). J’y serai resté jusqu’au matin. Mais j’ai levé les pattes peu avant 1h30. Je garderai ces gens-là dans mon coeur à jamais.

IMG_3055.jpg

Sasquatch Street. Au milieu de la nuit, au milieu de nulle part. Sourire. Et aussi: «Quand est-ce qu’on fucking arrive???»

IMG_3059.JPG

Dernier matin. Encore près de 10 heures de course à venir.

IMG_3066.JPG

Pompay Peak. Un sommet… juste pour faire un sommet. Candice Burt style (la directrice de course).

IMG_3068.JPG

13988057_934291190030008_5197192473272362367_o

Après avoir couru les 50  kilomètres précédents avec mes Altra Superior, j’ai changé pour mes vieux Pearl Izumi N2 les derniers 21 km. Erreur. Mes pieds enflés ne les supportaient plus. J’alternais course/marche. Course en chaussures, marche nu pieds. (Photographie: Howie Stern)

14066466_934292023363258_1719495502270681458_o

Le dernier 100 mètres avec ma famille. Pure bonheur! Et Sprint avec Marion. (Photographie: Howie Stern)

13987470_934515243340936_4385799604843237578_o.jpg

Après une douche rapide, un bon bain de pieds glacé. Rick, à ma droite, a couru le Colorado 200 trois semaines plus tôt. Il vient de terminer le Bigfoot 200 dix minutes avant moi. Dans trois semaines, il sera du Tahoe 200 en Californie. Moi? J’ai un 24 heures dans 20 jours…

IMG_3072.JPG

Pied droit.

IMG_3073.JPG

Pied gauche.

IMG_3074.JPG

Pieds d’éléphant.

IMG_3137.JPG

Cinq jours plus tard, it’s all good.

IMG_3080.JPG

Cheers!

IMG_3071.JPG

Life is movement. The more life there is, the more flexibility there is. The more fluid you are, the more alive you are.

Arnaud Desjardins

Verrai-je la Bête?

Au Canada, on dit Sasquatch. Aux États-Unis, on préfère plutôt le nom de Bigfoot. Verrai-je la Bête? La question se pose. Car si cet animal mythique existe vraiment (disons…), je serai plutôt bien placé pour l’apercevoir en août prochain, dans la chaine des montagnes Cascades, dans l’état de Washington. C’est là qu’aura lieu la course, le Bigfoot 200 Endurance Run.

Et c’est là que je serai en août 2016.

Le Bigfoot 200? Two hundred…? Oui, two hundredMiles. 320 kilomètres, en faisant la conversion. Une course qui va d’un point à un autre. Pas une boucle immense ou des allers-retours à n’en plus finir. Non. D’un point à un autre point sur… 320 kilomètres. Voilà. En gros, on nous conduit au départ, on nous y dépose et on nous attend à l’arrivée, quatre jours et des poussières plus tard pour les plus «lents». (Bien sûr, il y a des ravitaillements entre le départ et l’arrivée…) Ce sera la deuxième édition cette année. En 2015, le plus rapide a terminé l’épreuve en 64 heures 12 minutes 35 secondes. Je me dis que 70-75 heures devrait être jouable.

Je m’entraine déjà à ne plus dormir…

Donc, verrai-je la Bête? La question se pose sérieusement. Étant donné ma propension à halluciner durant les longues nuits d’ultra, je peux quasiment affirmer que oui, je la verrai. Et il y a même de fortes chances pour que je discute avec elle sur un bon bout de chemin. Dans la langue de son choix.

In the 1987 movie “Harry and the Hendersons,” Bigfoot, aka Harry, was portrayed by 7-foot-2-inch actor Kevin Peter Hall in costume. For the nine members of the Tri-County Bigfoot Group, the legendary creature is more fact than movie fiction.

(Image tirée du film Harry et les Henderson)

Nouveau Départ

Ça fait longtemps, je sais. 

J’ai été plus que silencieux tout au long de la dernière année. Il y a eu, bien sûr, l’écriture, la publication et la promotion de mon premier livre, Territoires Inconnus. Puis, le tournage durant l’été d’une série télé, Blue Moon, qui a aussi pris beaucoup de mon temps. Et la famille, l’entrainement, le quotidien. La vie, quoi.

Le fait est que j’ai  longuement tergiversé à savoir si oui ou non j’allais garder mon blogue actif. Cela depuis plusieurs semaines. Et jusqu’à tout récemment, j’y mettais fin. Sauf que voilà, j’ai changé d’avis.

J’ai toujours considéré ce blogue comme un laboratoire d’écriture sur la course à pied, sur les ultramarathons que je pratique, ainsi que sur la méditation (j’ai à mon sens négligé ce volet plus souvent qu’autrement). À partir de maintenant, j’élargirai mon horizon. Bien sûr, la course d’endurance sera toujours le sujet principal, mais j’espère aller ailleurs aussi parfois. Équipements, littérature, poésie, réflexions. Photographies. Méditation… Je vais tenter de moins me restreindre, d’aller plus loin. On verra.

Depuis une semaine, j’ai quitté Facebook. J’en avais marre. Marre d’y lire certains messages publics, marre d’y perdre mon temps, marre de commenter alors qu’il aurait été préférable de m’abstenir. Les mauvais côtés de ce réseau ont, pour une seconde fois dans mon cas, pris le dessus sur les bons. Y reviendrai-je? Cela reste à penser. Mais quitte à perdre du temps, aussi bien le faire ici de manière plus constructive. Alors pour ceux et celles qui se demandent, je suis toujours là. Life is good!

IMG_1579

Pause sous les pins, Mont-St-Bruno, mi-décembre 2015.

 

Faire (tout) ce que l’on peut – Vermont 100 numéro 5

Il n’a jamais été question que j’abandonne. Bien sûr, l’idée m’a traversé l’esprit à quelques reprises durant la journée, mais en ce qui me concerne, c’est une chose normale durant un ultramarathon de 100 mile. Je ne m’en fais pas trop avec ça. L’idée stupide et irréfléchie surgit dans mon esprit, elle tourne un peu en rond avant de trouver la sortie. Je la laisse ainsi passer sans m’y accrocher et règle générale, j’ai un regain d’énergie qui survient tout de suite après, regain d’énergie qui me propulse vers l’avant pour le meilleur. Seulement, ce n’est pas toujours aussi évident.

Dès le départ de ce cinquième Vermont 100, je savais que ça ne serait pas facile. La raison est simple: j’ai passé une bonne partie de l’hiver avec une blessure au bassin, incapable de courir ne serait-ce que 100 mètres, ni même de m’entrainer décemment soit à la nage ou sur un vélo stationnaire. Ma préparation était donc loin d’être au point pour ce genre d’épreuve. Pas d’excuse ici, c’est tout simplement comme ça. Ayant repris la course graduellement à la mi-avril, je savais bien que je n’avais pas le kilométrage adéquat dans les jambes. Aussi, une légère douleur récurante au tendon d’Achille gauche me causait de l’inquiétude. Mais je comptais, peut-être naïvement, sur ma bonne connaissance du parcours, mon expérience et ma volonté.

Ça n’a pas fonctionné.

Il n’a jamais été question que j’abandonne, mais en soirée, alors que j’en étais rendu à me trainer lamentablement, à dormir debout et à ne même plus pouvoir courir ni en descente ni sur les plats, il a bien fallu que je me rende à l’évidence: j’étais hors-service.

Pourtant, après un début de course moyen et une très mauvaise nuit de sommeil (pas même trois heures en continu, juste par morceaux), j’avais réussi à me mettre dedans. Après avoir retrouvé mon équipe constituée de ma blonde, de mes filles ainsi que de mes amis Charles et Geneviève à la station d’aide Pretty House, au 34ième kilomètre, j’ai pris le bon rythme. Je sentais une fatigue inhabituelle et mon tendon élançait dans les montées, mais pour le reste, ça roulait. Contrairement à mon habitude, je me retenais dans les descentes, limitant ma vitesse pour me pas exploser mes quadriceps. Et je réussissais à le faire sans me freiner «physiquement», ce qui aurait été plus dommageable qu’autre chose. Quand je ressentais de la douleur, je me mettais à siffler ou à rythmer à voix basse la cadence de mes pas, tout simplement pour détourner mon esprit et le ramener dans de meilleures conditions. Par moments, je faisais un comparatif avec ma course de 2013 qui avait été catastrophique moralement parlant. Là, si le corps n’était pas tout à fait au point, j’avais réussi à effacer une bonne partie du doute et j’étais confiant de terminer sous la barre des 24 heures, peut-être même de rentrer sous les 22 heures. Le moral y était.

À Stage Road, deuxième station où il m’était permis de revoir mon équipe, j’avais le sourire. Près de 50 kilomètres de fait. Je suis reparti aussi vite que j’ai pu.

Dans les heures qui ont suivies, j’ai couru une longue montée en compagnie d’un coureur qui participait au Grand Slam et qui allait courir le Badwater 135 en plus. Pour ceux qui ne connaissent pas les ultramarathons, le Grand Slam consiste à courir le Western State 100, le Vermont 100, le Leadville 100 ainsi que le Wastach Front 100 dans le même été (juin, juillet, août, septembre). Un exploit en soi. Y intégrer le Badwater 135 entre le Vermont et Leadville est un exploit quasi-surhumain. De jaser avec Jordan relativisait mes propres douleurs. J’ai fini par le devancer dans la montée, mais pas de quoi pavoiser. Il venait de courir le WS100 trois semaines plus tôt et se ménageait pour Badwater. En temps normal, il m’aurait bouffé tout cru…

À mi-parcours, au premier passage à Camp 10 Bear, j’ai retrouvé ma bande. Je me suis efforcé de sourire, je ne voulais pas leur faire revivre mon cauchemar de 2013. Bien que le doute commençait à pointer le bout de son nez dans mon esprit, j’arrivais à le repousser. Encore une fois, je suis reparti le plus vite possible… mais je venais de m’asseoir dans une chaise, ce que je fais rarement dans un ultra… Mauvais signe…

Durant la longue et pénible montée qui suit Camp 10 Bear, je me suis fait dépasser par au moins cinq coureurs, ce qui a commencé à me jouer dans la tête. Une fois en haut, j’en ai rattrapé deux ou trois (dont un qui vomissait violemment), mais quelques kilomètres plus loin, d’autres m’ont fait le même coup. Je me suis changé les idées en jasant un moment avec Julie, une fille de New York puis avec le champion américain des derniers championnats mondiaux de 24 heures qui ont eu lieu à Turin en Italie, en avril, Richard Riopel. Après la station Birminghams, j’ai pris de l’avance, sur eux. Je sentais le vent tourner, je sentais ma forme revenir. À Margaritaville, kilomètre 94, j’ai repris contact avec toute mon équipe. Je tenais bien le coup. Mais quelques kilomètres plus loin, je pouvais à peine courir.

Camp 10 Bear, deuxième passage (111 km). À ce moment, je repars avec Geneviève pour la prochaine section de 7 km. Il est encore assez tôt, on ne prend pas de lampe frontale. De repartir accompagné me remet d’aplomb. Mais d’un coup, la fatigue se fait sentir. Mon tendon d’Achille élance de plus en plus. La pluie se met de la partie et dans les sections en forêt, on se retrouve dans la boue et la noirceur. Je me sens complètement lessivé. Je dors debout et Geneviève doit taper dans ses mains pour me ramener à la réalité. Je zigzague sur les sentiers. Je ne pense qu’à une chose: m’arrêter, me fermer les yeux et dormir. Dans la descente qui nous amène à la station Spirit of 76 et dans laquelle je devrais m’amuser comme un fou, je titube. Je ne veux juste pas me casser la gueule et je rêve d’un endroit où m’asseoir.

Quand on rejoint enfin toute l’équipe à la station, je demande un quinze minutes de grâce et me laisse tomber sur une chaise où je m’enfonce en fermant les yeux. Je sens tout le monde – Nathalie, mes filles, Charles et Geneviève – inquiets autour de moi. Au bout des quinze minutes, je change de chaussures (je laisse tomber mes fidèles N2 de Pearl Izumi pour les Paradigm 1.5 de Altra, plus coussinés), me relève et déclare aussitôt que c’est terminé pour moi avant de me laisser retomber sur la chaise, la tête entre les mains. Personne ne m’a encore vu dans cet état. Pas même moi. Je suis plus détruit qu’à l’UTMB. Puis, je pense à mes filles qui me regardent et je me dis que je ne veux pas qu’elles me voient abandonner de cette façon. Je me relève, la mort dans l’âme, et annonce que je repars pour la prochaine section. Dix-huit kilomètres. Les dix-huit putains de kilomètres que je déteste le plus de cette course. Cette fois, je suis avec Charles. Je suis en bonne compagnie. Je me dis intérieurement que je vais passer à travers, que je ne peux que reprendre du mieux – quand on est au trente-sixième dessous, on ne peut que remonter, non? Charles est là pour me soutenir. Les trois ou quatre premiers kilomètres de la section s’annoncent prometteurs. Je semble reprendre du mieux. Ce n’est qu’un leurre. On quitte le sentier boueux pour reprendre les chemins de terre. Me voilà cuit. Pour de bon. On se fait dépasser à la tonne. Des coureurs que je n’ai jamais vu de la journée. Puis par Julie, rencontrée plus tôt. Par Jordan, le Grand Slammer. Par Richard, le gars des 24 heures. Un copain coureur, Daniel, avec qui j’ai couru un peu le matin, passe devant nous. On le salue. On jase un peu. Il semble en plein forme. Je ne suis qu’un zombie.

Encore une fois, je dors debout. Charles me ramène sur terre à plusieurs occasions. Mes jambes ne répondent plus. Plusieurs fois, je m’efforce de courir. Je n’arrive même pas à faire 20 mètres. Ma technique d’un arbre à un autre ne fonctionne même plus. Je veux m’étendre par terre. Dormir. À la station d’aide Cowshed, je m’assois et bois un café. Il y a un autre coureur assis à côté de moi, totalement explosé. J’ai envie d’abandonner là. Il reste environ 7 kilomètres à faire avant de rejoindre Nathalie, mes filles et Geneviève. J’ai peine à y croire à ces sept kilomètres qui restent à faire. Peine aussi à croire que je vais abandonner. On repart. Le café fait effet. Je me sens réveillé. J’essaie de courir. Mon tendon d’Achille élance de plus en plus, avec force. Mes quadriceps sont barrés. J’ai du mal à marcher dans les descentes. Voilà. À contre-coeur, j’annonce à Charles que c’en est assez. Une fois rendu à la station Bill’s, 142.3 km, ce sera terminé pour moi. Ça ne sert plus à rien. Je ne cours plus depuis longtemps. J’ai du mal à me tenir debout. J’ai peut-être réussi à vaincre le sommeil, mais c’est trop peu, trop tard. Je pourrais terminer, oui. Mais en marchant… Lentement… Pas question de faire endurer ça à ma blonde, mes filles, mes amis. Je pourrais leur dire d’aller se coucher à leur hôtel, et continuer seul comme je l’ai déjà fait, terminer à l’aube, mais ils ne voudront jamais. Pas dans l’état où je suis. Et puis, est-ce que j’ai réellement envie de marcher un autre 4 ou 5 heures? Pour les dix-sept kilomètres restant? Non. C’est une course, bon Dieu! Pas une marche! Je ne considère même pas cela comme un abandon, simplement un arrêt par la force des choses. Et puis, d’une manière ou d’une autre, abandon ou pas, je m’en fous pas mal, pour être franc.

Arrivé à Bill’s, j’annonce à l’équipe médicale que c’est terminé pour moi. On me pèse malgré tout – mon poids est ok – et on me dirige vers une chaise longue où je m’étends avec peine. Je pourrais facilement prendre une heure de repos ici, puis repartir. Mais non, encore une fois. Il n’en est pas question. Nath m’amène mes vêtements propres et elle m’aide à me changer derrière la grange. De retour à ma chaise, la bénévole qui m’a accueilli m’apporte une soupe tiède. Je mange un grille-cheese. Au bout d’une demie-heure, on ramasse nos trucs et mon équipe me ramène en voiture à ma tente, au site de départ/arrivée, à Silver Hills, avant de quitter pour leur hôtel. Seul, assis dans le noir, je bois une IPA en canette que je ne savoure même pas. Je suis crevé. Je me glisse avec difficulté dans ma petite tente une place. Et je m’endors d’un coup, complètement brûlé.

Game over.

DSC00648

À Stage Road, avec Simone et Marion. Tout va bien! Rock on!

DSC00660

Premier passage à Camp 10 Bear avec Charles, Simone et Marion.

DSC00663

Quand faut y aller, faut y aller… Même si ça me tente plus ou moins…

DSC00684

Quelle équipe! Simone, Marion et Nathalie – manque Charles, Geneviève et Julia qui prend la photo.

DSC00730

Départ de Camp 10 Bear 2, accompagné de Geneviève. Je ne le sais pas encore, mais c’est le début de la fin pour moi, malgré les efforts de Gen pour me garder en piste.

Tout ne peut pas toujours aller comme on le voudrait. Il faut accepter cela. Une semaine jour pour jour après la course, je ressens encore une bonne fatigue. Mentalement, je sais que j’étais prêt pour le VT100. Physiquement, le corps manquait «d’huile» et de kilométrage au compteur. Mes quadriceps sont revenus à la normale, mais mon tendon d’Achille me fait encore souffrir et, contrairement à mon habitude, je n’ai pas encore recouru depuis. Je compte bien le tester en douce dans les prochains jours, mais le déchirer pour de bon ne serait sûrement pas la meilleure chose à faire… Patience.

La bonne nouvelle concerne la blessure qui m’a mis sur le carreau tout l’hiver et une partie du printemps. Pas une seule fois elle ne s’est manifestée ni fait ressentir tout au long des 140 kilomètres et plus parcourus. Un dossier qui semble enfin réglé. Je l’espère bien.

Pour la suite des choses. Fin septembre, je cours un 24 heures. Une première pour moi: 24 heures sur une boucle de 5-6 km. Pour la Fondation du Centre Jeunesse de la Montérégie. Une cause qui me tient profondément à coeur. Il est donc question d’ici là de prendre le plus grand soin des petits bobos et de concentrer toutes mes énergies vers cet évènement. Ensuite, on verra bien. Un nouveau 100 mile se profile peut-être pour janvier 2016…

Je croyais prendre une pause du Vermont 100 après cet été. Maintenant, j’ai une sérieuse revanche à prendre. Je compte bien être présent sur la ligne de départ en juillet prochain, et cette fois, dans une meilleure forme que jamais! Ensuite, il sera temps de passer à autre chose. Pour un temps. À d’autres courses, je veux dire.

The game is not over, after all… It never is.

IMG_0956

Réflexions, récupération et une IPA de l’Oregon.

One should therefore be gentle but firm with what just occurred. Overreacting to a lack of mindfulness instigates discursive thinking. Gentleness is the key.

– Sakyong MIPHAM

 (Merci à ma fille Julia pour les photos prises tout au long de la journée.)

L’Ultimate XC – Weekend de course en famille

Le 27 juin prochain aura lieu le Festival Ultimate XC KmagCette année, j’ai le plaisir d’être le Président d’honneur de l’évènement qui aura lieu à St-Donat pour une quatrième année consécutive.  Le Festival Ultimate XC Kmag se veut une fête pour les mordus de courses en forêt, bien sûr, mais aussi une fête pour toute la famille.

Du Défi de Mia (1 km pour enfants) aux 5 et 13 km de style cross-country, en passant par les distances de 11, 21, 38 et 60 km pour les fous de la Trail, sans oublier la 120 (Double Trouble), de la course, il y en aura pour tous les goûts.

Et encore une fois, le Parc des Pionniers regorgera d’activités pour grands et petits: Musique Live, Station de slackline, BBQ, maquilleuses pour enfants, accès à la plage. Pas question de s’ennuyer!

festival-ultimate-xc

J’ai toujours couru les 60 km à l’Ultimate XC, et ce, depuis la première édition au Mont Tremblant en 2009. Mes débuts d’ultramarathonien ont eu lieu là. Cette année, par contre, je me «contenterai» du parcours de 38 km. En ma qualité de Président d’honneur, je souhaite être le plus tôt possible au site d’arrivée pour encourager les coureurs et coureuses à terminer leurs épreuves et aussi, par le fait même, passer plus de temps avec ma blonde et mes filles.

Venez vous joindre à nous, fin juin à St-Donat, dans la magnifique région des Laurentides, pour une autre belle journée de course et d’aventures. Vous ne le regretterez pas!

Et en attendant, pour vous donner du courage et passer au travers de cet hiver qui n’en finit plus, dites vous ceci…

iamarunner

It’s all good! 

 

Gagner et perdre à la fois, puis gagner d’une autre façon

Samedi dernier (6 décembre) avait lieu à Auburn en Californie la loterie pour le fameux Western State 100.

Pour se faire une petite idée, le Western State 100 Endurance Run est l’équivalent, pour les ultramarathoniens, de Boston pour les marathoniens. Un but à atteindre, le Saint Graal.

wstrlogo-splash

En ce qui me concerne, c’est par une publicité dans la revue Runner’s World que j’ai appris l’existence de cette course en particulier et des courses de 100 miles en général. On était en 2006 ou 2007 et à ce moment, The North Face était le commanditaire principal du WS100. La pub en était donc une de North Face et mettait en vedette le coureur Tim Twietmeyer qui a terminé 25 fois le parcours sous la barre des 24 heures (il a remporté la course 5 fois si ma mémoire est bonne). Le titre de la publicité: «That’s Endurance!» J’en étais à mes balbutiements de coureur et je n’avais probablement encore jamais couru plus de 10 kilomètres d’affilé à cette époque, mais j’ai tout de suite su et je me suis tout de suite dit qu’un jour je courrais un 100 miles, qu’un jour je courrais le Western State 100.

Samedi dernier, après 4 années d’essais à la loterie, mon nom a été pigé par ce même Tim Twietmeyer. Ainsi, j’ai gagné à la loto du WS100… et j’ai aussi perdu, car je ne pourrai vraisemblablement pas être sur la ligne de départ le dernier weekend de juin 2015.

TwietMC-900x600

Tim Twietmeyer (au micro), une légende du Western State 100 Endurance Run, agissant ici à titre de Maître de Cérémonie lors de la loterie, samedi le 6 décembre dernier.

Le processus de loterie pour le WS100 est assez complexe (tout comme celui pour le Hardrock 100, le Massanutten 100, pour l’UTMB, etc). Dans les grandes lignes, il faut d’abord se qualifier en terminant une course de 100 kilomètres et plus reconnue par l’organisation – les distances de 50 miles (80km) ne sont plus acceptées depuis cette année. Une fois qualifié, on peut s’inscrire à la loterie. Cette année, 270 places étaient accessibles par tirage au sort sur un total de 387 coureurs autorisés à prendre le départ (les autres places étant accordées à ceux et celles qui ont terminé dans le top 3 à l’une des courses de la Montrail Ultra Cup, à ceux et celles qui ont terminé dans le top 10 au WS de la saison précédente, à certains commanditaires, aux membres de l’organisation et autres). 270 places disponibles au tirage et près de 2000 coureurs/coureuses qualifiés qui ont appliqués. Bonjour les chances!

La beauté de la chose, c’est que d’une année à l’autre, si notre nom n’est pas pigé et que l’on se re-qualifie, nos chances augmentent à la loterie suivante et ainsi de suite jusqu’au jack-pot.

J’en étais à mon quatrième essai. Mes chances étaient relativement bonnes. Je savais, en m’inscrivant, que je ne pourrais pas en être en 2015. Mais en ne m’inscrivant pas, je perdais toutes mes chances. Tandis qu’en m’inscrivant, j’avais quand même des chances… de ne pas être pigé et de conserver mes avantages pour l’an prochain… Compliqué, ai-je dit? Oui. Mais bon. D’un côté, je perdais tout, de l’autre, j’avais un risque à prendre…

Too bad. J’ai gagné/perdu.

Ce sera pour une autre fois.

Où j’ai gagné d’une autre façon, c’est en participant aux 24 heures de Tremblant, volet course à pied.

Un beau weekend et un bel évènement. D’abord une levée de fond importante pour les enfants malades basée sur le ski alpin, les 24 heures de Tremblant offrent depuis un an ou deux un volet marche/course où des équipes de 6 à 12 personnes se relaient sur une boucle de 3 ou 5 kilomètres du samedi au dimanche matin 11 heures.

logo-24hTremblant

Sous l’initiative de l’animateur Dominic Arpin, nous étions huit à nous relayer et à braver le froid le sourire aux lèvres: Dominic, bien sûr, mais aussi la chanteuse Brigitte Boisjoli, la journaliste Marie-Christine Bergeron, les journalistes Yves Boisvert et Jean-François Guérin, l’animateur Sébastien Diaz, Antoine Bourgeois ainsi que moi-même.

Moi qui suis plutôt loner, cette formule me convenait parfaitement. Courir seul deux fois la boucle de 5, passer le relais, retrouver ma blonde et mes filles, tenter de me reposer (je dis bien tenter!), puis retourner courir au beau milieu de la nuit. Magique! Dimanche au matin, nous avons été trois à faire la boucle 3 fois de suite (pour rentrer dans les temps): Antoine, Yves et moi. Je peux confirmer, ayant couru par une température ressentie de -25 degrés Celsius, que la barbe protège du froid…

IMG_5548

Vive le vent, vive le vent, vive le vent d’hiver!…

Après 15 kilomètres un petit matin de décembre au Mont Tremblant.

D’un côté, j’ai gagné/perdu avec la loterie du WS100 samedi. De l’autre, la même journée, j’ai gagné peut-être plus avec les 24 heures.

Parce que courir. Pour le plaisir.

Et aussi, courir pour des enfants malades.

Ou encore, comme je le fais avec la Fondation des Centres Jeunesse de la Montérégie à chaque automne depuis deux ans, pour des enfants abandonnés ou en phase d’abandon (ou maltraités ou Dieu sait quoi).

Si ça peut aider, ne serait-ce qu’un minimum, si ça peut faire une différence, aussi petite soit-elle, je suis bien prêt à courir comme ça jusqu’à la fin de mes jours

En Antarctique ou en plein désert.

Peu importe.

Bromont Ultra 100: Un dur de dur

Je m’étais bien promis de ne plus abandonner une course. 

Promesse rompue.

C’est la fatigue qui m’a eu.

Honnêtement, je me doutais un peu que j’aurais à faire face à l’effet post-UTMB à Bromont. Mais je croyais quand même avoir assez de réserves pour terminer mon troisième 160 km de la saison en y allant peinard, sans trop me presser. Grossière erreur! Aussi, je m’attendais à un parcours du genre Vermont 100. Mes camarades organisateurs du Bromont Ultra nous ont plutôt balancé un proche – très proche! – cousin du Virgil Crest (VC100) dans les pattes! Outch!

IMG_5307

Le site de départ du Bromont Ultra, le vendredi soir, à la veille de la course.

Si j’ai sous-estimé le parcours qui m’attendait, jai aussi sur-estimé mes capacités physiques et mentales pour cette course. Je n’étais tout simplement pas prêt à m’attaquer à un autre 100 mile si peu de temps après le Mont-Blanc. Je ne vais pas me morfondre avec cet abandon. J’ai donné tout ce que j’avais à donner ce weekend et ç’a tenu sur une distance de 57.8 km (selon ma Suunto Ambit). Suite à un bon départ en compagnie de Louis A., de Fred G. et d’un autre coureur, j’ai senti que les choses se compliqueraient après une quinzaine de kilomètres seulement. J’avais le souffle court. Je peinais dans les montées. J’étais incapable de me concentrer sur l’instant présent et je n’arrêtais pas de me répéter – malgré moi – que la journée serait longue. Mauvais signe…

Deux averses surprises m’ont amené au bord de l’hypothermie, ce qui ne m’a pas aidé à conserver mes forces. Je fonctionnais déjà avec des batteries faibles et une petite lumière rouge clignotante.

Aux environs du 35ième kilomètre, au moment d’entamer la montée des pentes de ski, j’ai eu un regain d’énergie. Et de confiance. Le mot d’ordre maintenant était de terminer le premier 80 km, puis de voir pour la suite. Rapidement, j’ai déchanté. J’étais dans la section la plus difficile du parcours. Difficile et interminable. Je n’avais pas de réelles douleurs physiques – rien de notable du moins – mais la fatigue s’incrustait et mon morale dépérissait à chaque kilomètre. Je me forçais à manger à intervalles réguliers, avalant deux gels à l’heure en moyenne. Je m’étais aussi toujours bien nourri aux stations d’aide: patates bouilles, bananes, melon d’eau. Je buvais régulièrement et gobais des S!Caps pour la balance de sodium/potassium. Je faisais tout ce qu’il fallait pour tenir le coup, pour garder le cap. J’avais comme mantra: «Tu termines la première boucle de 80 et après tu verras comment tu te sens. Tu vas y arriver. Ça va aller!» Mais ça n’allait foutrement pas…

Dans une descente, quand j’ai commencé à bailler à m’en décrocher la mâchoire, je me suis dit qu’il était peut-être temps de mettre fin à ma saison de course 2014.

Et c’est ce que j’ai fait en arrivant au camp de base (55 km approx.), après plus de huit heures de course et 2400 mètres de dénivelé positif. J’étais vidé, crevé.

TKO.

Bromont Ultra 80 and 160 km course

J’ai dit que je ne me morfondrais pas avec cet abandon. Et je ne le ferai pas. Deux jours plus tard, je ressens encore de la fatigue et mes jambes sont aussi lourdes que si j’avais terminé l’épreuve. Je sais que j’ai fait le bon choix. C’est maintenant l’heure du repos.  Après tout, il s’agit de revenir en force en 2015!

Le Bromont Ultra a tout pour devenir un classique des ultramarathons au Québec. Un dur de dur. Et je suis certain que sa réputation va rapidement faire son chemin jusqu’à nos proches voisins américains. Pour une première édition, Gilles, Audrey, Alister et tous les autres organisateurs ont frappé fort. Bien sûr, il y aura quelques ajustements à faire, notamment en ce qui concerne les nombreux passages au camp de base pour les coureurs du 160 kilomètres. Mais cet évènement ne peut que s’améliorer, c’est certain.

Pour moi, un des obstacles majeurs sera toujours cette boucle de 80 kilomètres à faire deux fois, comme au Virgil Crest 100. Je ne suis pas un fervent amateur de ce genre de parcours, en témoignent mes deux précédents abandons au même VC100. Je préfère de loin les boucles complètes (Vermont, Massanutten, UTMB), les point-to-point (Western State) ou encore les out-and-back (Leadville). Mais les parcours que l’on double me donnent définitivement du fil à retordre. Cela dit, je comprends tout à fait qu’ils soient plus simples à gérer d’un point de vue logistique.

Mais peu importe. Mon prochain défi sera peut-être de venir à bout d’une de ces bêtes, justement.

On verra bien…

Pour l’instant, bravo à toute l’équipe et à tous les bénévoles pour leur dévouement et leur incroyable travail. Organiser un évènement de cette ampleur relève de l’exploit. Mission accomplie!

Aussi, un bravo à tous les coureurs et toutes les coureuses, toutes distances confondues! J’étais présent dimanche après-midi pour assister à l’arrivée des participants du 80, 55 et 25 kilomètres. De vous voir tous et toutes vous donner à fond et terminer avec fierté et le sourire aux lèvres était tout simplement beau et inspirant.

Bien sûr, un immense bravo et respect total à mes amis qui ont terminé les 160 kilomètres: Joan (1ère place), Fred (2ième), Pierre, Louis et Martin. You rock, guys! 

Un peu de motivation. Histoire de bien terminer pour mieux recommencer…

a5357e84b9130bb484a2c9226f496aae

 Just. Keep. Moving. Forward.

Pourquoi cours-tu comme ça? (Livre)

Petit billet rapide en ce lundi après-midi. 

POURQUOI COURS-TU COMME ÇA? est un recueil de nouvelles auquel j’ai eu le plaisir de participer. Ici, pas de trucs pour être plus rapide ni de conseils pour choisir de bons souliers ni de programmes d’entrainement à tout casser. Simplement sept bonnes histoires qui ont pour thème commun la course à pied ainsi que le (court) récit de mes errances d’ultramarathonien.

Avec l’automne qui s’installe, c’est le petit bouquin parfait pour se détendre… après l’entrainement!

Disponible depuis le 4 septembre dans toutes les librairies et aussi en ligne, ici.

IMG_5163

«On a beau avoir des jambes de feu ou une technique naturelle, la course s’apprend comme la vie: un pas à la fois.» – Patrick DION, La Course en Juillet.

Bonne course et bonne lecture!

Colossal UTMB

La pluie.

À une dizaine de minutes du grand départ, la pluie se met à tomber. Rien de terrible, un petit crachin. Mais au-dessus de nos têtes, au-dessus de Chamonix et du Mont-Blanc, les nuages sont menaçants. On y coupera pas. L’édition 2014 de l’Ultra-Trail du Mont-Blanc commencera sous la pluie. Je ne m’en fais pas trop. Certains coureurs autour de moi enfilent déjà leurs coupe-vent ou leurs imperméables. Je n’en fais rien. Je porte un tee-shirt et des manchons en laine mérinos, je vais avoir trop chaud si j’ajoute une couche. Et il ne fait pas particulièrement froid. J’essaie de rester concentré, zen. De m’imprégner du moment. Je suis quand même sur la ligne de départ du mythique UTMB, bordel! Je ferme les yeux, prends une grande inspiration. Je pense à ma blonde et mes filles restées à la maison, au Québec. Mon coeur se serre, ma gorge se noue. Je voudrais qu’elles soient là, avec moi, pour partager ce moment avec elles, pour que je puisse leur sourire, leur lancer un clin d’oeil, leur dire que je les aime… Mais elles n’y sont pas. Il n’y a rien que je puisse y faire. Zen, donc. J’ai une course qui m’attend. Une longue, longue course. À nouveau, une bonne inspiration. Je sais très bien que ma famille, même éloignée, saura me donner la force et le courage nécessaires pour passer à travers l’épreuve quand les choses se corseront, je sais que lorsque viendra le temps de puiser tout au fond de moi-même pour me relever et continuer, elles seront , à mes côtés.

Je souris. Puis j’ouvre les yeux. Il reste moins de cinq minutes. La pluie redouble. Tout le monde trépigne d’impatience et de nervosité.

IMG_5109

L’excitation du départ avant la pluie.

IMG_5108

Selfie de coureur.

Quand la musique qui annonce le départ commence, un immense frisson me parcourt. Conquest of Paradise de Vangelis. À la fin des années 90, le boxeur Stéphane Ouellet utilisait ce morceau pour son entrée sur le ring et ça avait un effet monstre, magique pour l’amateur que j’étais. Cette fois, cette musique joue un peu pour moi et je trouve ça plutôt cool! C’est bien ce que je m’en vais faire, non? Conquérir un paradis qui n’a rien d’artificiel et qui saura m’en faire baver? Grand frisson, grand sourire… On égraine les secondes et puis hop! nous voilà partis. La pluie? Oui, et alors? Je m’en fous pas mal!

Le départ est chaotique. Excepté pour les coureurs élites placés devant et les quelques autres qui les suivent directement. Pour la majorité des coureurs dont je fais partie, on passe par une sorte d’entonnoir avant de pouvoir prendre sa place et courir convenablement. Je ne suis pas placé trop loin derrière (je ne me suis pas mis plus à l’avant pour m’empêcher de partir trop vite), mais je n’échappe pas à l’effet de congestion. Une fois ce désagrément passé, je commence à courir sous les encouragements électrisants de tous les gens placés de chaque côté du parcours qui traverse Chamonix. Je trouve peu à peu mon rythme. Je me rappelle avoir lu qu’il est préférable de courir en deçà de ses capacités et c’est ce que je m’efforce de faire, même si j’ai envie d’ouvrir la machine. Pas question de me brûler dans cette première section qui autrement pourrait se courir très rapidement.

Les premiers 8 kilomètres jusqu’à Les Houches se font sans problème. La pluie a cessé, mais l’humidité se faite ressentir. Je suis content de ne pas avoir enfiler mon coupe-vent, j’aurais crevé. Je pense à ce coureur que j’ai dépassé au 3ième km et qui boitait, déjà hors combat. La déception que ce doit être! Tous ces mois, ces heures d’entrainements, tous les sacrifices pour se fouler la cheville après vingt minutes de course. Ce doit être terrible!

Après Les Houches, on attaque la première montée. Tout se passe toujours bien. Mes bâtons sont rangés dans mon sac, je ne compte pas m’en servir avant un moment. Je suis surpris de dépasser autant de personne dans la montée, ce qui est loin d’être ma force. Et pourtant, je ne suis pas à bloc, j’évolue de manière confortable. Tant mieux. Je bois régulièrement et je gobe un gel au demi heure. J’alterne entre ceux aux beurre d’arachides, aux bananes et aux fraises/bananes sans caféine, conservant ceux caféïnés pour la nuit ou pour les gros coups de fatigue.

IMG_5110

Derrière…

IMG_5111

… et un peu plus loin, devant.

 Quand la pluie se remet à tomber, elle le fait sérieusement. Les sentiers deviennent boueux en un rien de temps et je me fais la réflexion que si ça dure longtempss, ça ne sera pas joli! Peut-être pas comme à l’Ultimate XC 2013, mais pas loin… Aux trois quarts de la pente, le vent se met aussi de la partie et cette fois, je n’ai pas le choix, je m’arrête à l’abri pour enfiler mon coupe-vent et j’en profite pour prendre mes bâtons en main, les laissant toutefois repliés. Pas pour longtemps. La pluie rend le terrain glissant, «gras» comme on dit ici, et je dois passer aux bâtons si je ne veux pas m’étaler de tout mon long sur les sentiers.

22240504

(Crédit photo: Maindru Photo.)

Dans la descente qui mène à Saint-Gervais, première grosse station de ravitaillement, je manque de me casser le cou à plusieurs reprises, étirant même de bonne façon, lors d’une glissade, mon ischio-jambier droit qui m’a fait souffrir au marathon d’Ottawa. Je ne remets pourtant pas en question le choix de mes Pearl Izumi N2 (ni de mes M2 quand je changerai à Courmayeur au matin), mais le fait est que par terrain boueux, glissant et abrupte, ils manquent de mordant. Aussi, je me retrouve à descendre «sur les freins», ce qui n’aidera en rien mes quadriceps pour les kilomètres à venir. En principe, j’aurais du me laisser aller dans la descente, freiner le moins possible pour ne pas stresser les muscles. Au lieu de ça, après avoir éviter quelques vols planés catastrophiques, je suis descendu sur les talons, ce qui n’est pas nécessairement une bonne idée.

Arrivé à Saint-Gervais (21 km), je nage en plein brouillard, littéralement. D’abord, la station me parait énorme comparé à celles dont j’ai l’habitude ici et aux États-Unis. Ensuite, il y a beaucoup, beaucoup de monde. Et lorsque je me retrouve aux tables devant des plateaux de fromages et de saucissons, je suis carrément déstabilisé.

IMG_5112

Brouillard à Saint-Gervais, autant dans les rues que dans ma tête…

 Je me secoue un peu, trouve où remplir mes bouteilles d’eau et descends plusieurs rasades de San Pellegrino. En me rendant à la table où on sert de la soupe, j’aperçois quelqu’un que je connais debout au milieu de la place et qui encourage les coureurs. Je me dirige vers lui avec le sourire et réalise à la dernière seconde qu’il s’agit de Sébastien Chaigneau, un des meilleurs coureurs de trail en France, gagnant du Hardrock en 2013. Si moi je le connais, lui n’a aucune espèce d’idée de qui je suis…  Nos regards se croisent et je le salue d’un hochement de tête en continuant mon chemin. Je décide qu’il vaut mieux ne pas m’attarder ici et le temps d’une soupe avalée cul-sec, je repars.

Les 10 kilomètres suivants se déroulent sans encombres  – je n’en ai en fait aucun souvenir – et il me semble que j’arrive rapidement à Les Contamines (31 km). Autre grosse station avec annonceur et animation, là où les coureurs ont droit à leur aide personnelle pour la première fois. Comme je suis solo, ça ne me regarde pas et je fais ce que j’ai à faire du mieux possible. Je remplis mes bouteilles, prends des provisions, descends quelques bonnes doses de San P., et bien sûr, je prends une soupe. Ce sera ainsi à chaque station ou presque.

En quittant la tente de ravitaillement pour repartir, je lève les yeux et vois une pancarte où est écrit: ABANDON avec une flèche qui pointe à droite. Au même moment, j’entends l’annonceur qui lance: « Ceux qui ont abandonné ou qui veulent rentrer sur Chamonix, l’autobus quittera dans dix minutes…» Bon, je cite de mémoire mais ça ressemblait pas mal à ça. J’avoue que pendant une fraction de seconde, j’ai été tenté. L’idée m’a effleuré l’esprit. Abandonner. C’était si simple. Si facile. Juste là, à droite, en direction de l’autobus…

Je suis reparti. Vers la gauche, vers le chemin le plus long. Et je n’ai jamais repensé à cette connerie sur la pancarte.

Plus de pluie, maintenant, mais la nuit bien installée et une montée pas trop abrupte, régulière, pour les 8 prochains kilomètres.

À La Balme (39 km), une tente chauffée, une jolie bénévole aux yeux bleus qui remplissait à volonté mon gobelet de San P. avec un sourire timide et magnifique (je dis San Pellegrino, mais c’était peut-être une autre marque, allez savoir, moi je ne me rappelle plus, je voyais surtout ses yeux et son sourire, mais d’ici la fin, on va s’entendre pour du San P.). J’ai profité de la chaleur de la tente et je me suis changé en vitesse. J’ai viré mes vêtements détrempés, tee-shirt et manches en mérinos, mon foulard, pour les remplacer par un Icebreaker à manches longues, mon imperméable et un Buff en mérinos. J’ai sorti mes gants aussi, vu ma propension à geler facilement des mains. Je me suis assuré d’avoir tout remis dans mon sac puis je suis ressorti.

À l’extérieur, il y avait un gros feu et je m’en suis approché pour me réchauffer. Certains coureurs étaient assis là, d’autres, allongés sur les bancs autour. Avoir fait de même, je ne m’en serais jamais remis. C’était trop bon!

IMG_5113

Le feu à La Balme. On y était tellement bien qu’il valait mieux ne pas y rester longtemps…

En quittant La Balme, c’est la longue montée vers le Col du bonhomme puis la Croix du bonhomme à 2486 mètres. S’ensuit une solide descente vers la station Les Chapieux (49 km). Je ne perds pas de temps à Les Chapieux, je reprends la route en moins de deux. Étant donné que j’ai mis ma Suunto Ambit en mode autonomie de batterie de 50 heures et que les données GPS sont imprécises, je ne me préoccupe pas de ma vitesse, ni de ma cadence, ni vraiment du kilométrage. J’ai plutôt bloqué l’écran sur les paramètres d’ascension, de descente et d’altitude et sachant que nous avons 9600 mètres de dénivelé positif sur les 168 kilomètres, je sais ainsi ce que nous avons fait et ce qu’il reste à faire. Là encore, ce n’est peut-être pas la précision la plus optimum, mais ça donne une bonne idée de l’ensemble.

Les 15 kilomètres suivants nous amènent de Les Chapieux à la station du Lac Combal, en passant par le Col de la Seigne à 2516 mètres. La montée et la descente du Col de la Seigne sont magnifiques. Il a beau faire noir, les centaines de lampes frontales qui se suivent forment un serpent lumineux qui rampe sans fin à travers les montagnes.

Nous sommes maintenant en Italie.

tumblr_nb7rfxdzO41rpa771o1_1280

Crédit photo: Kristen Kortebein (Trailporn.com)

 Au Lac Combal (64 km), je change justement les piles de ma frontale. Je mets un peu de temps à repartir, un manque de focus généralisé dans les stations d’aide, moi qui suis plutôt un adepte du in and out rapide. Résultat: coup de froid. Je frissonne. Heureusement, avant la prochaine montée, il y a peut-être 2-3 km à peu près plats. J’en profite pour courir à bon rythme et me réchauffer. Je commence aussi à lever les yeux vers le ciel. J’espère y voir des étoiles. Le jour va se lever bientôt et avec lui, je le souhaite, le soleil et non la pluie…

Je suis exaucé car, lorsque je passe l’Arête du Mont-Favre, le jour se lève enfin sur le Mont-Blanc et sur nous. Et le temps s’annonce radieux.

tumblr_nba5m3xQHn1rpa771o1_1280

Alors que la grande majorité des coureurs se trouve encore en Italie au lever du soleil, les coureur élites, eux, se rapprochent de la Suisse et de la station La Fouly où les attend Bryon Powell d’iRunFar. (Crédit photo: Bryon Powell)

Bien que le soleil ait fait son apparition, j’ai encore froid. Il est temps d’arriver à Courmayeur où je pourrai procéder à quelques changements.

Après l’Arête du Mont-Favre, on descend jusqu’à la station Col Chécrouit où je m’arrête même si je n’ai pas à la faire, même si mes deux bouteilles d’eau sont encore presque pleines. Manque de focus, une fois de plus. J’attrape un morceau de fromage et le mâche sans grande conviction. Je reprends la route en me demandant pourquoi je me suis arrêté…

IMG_5116

De la station Col Chécrouit, on descend sur Courmayeur. 4 kilomètres seulement. Mais ils sont violents.

Les 4 kilomètres suivants qui nous amènent sur Courmayeur sont terribles. En fait, en plein le genre de sentier que j’aurais aimé dévaler à fond de train avec des jambes fraîches. Mais là… Mes quadriceps commencent déjà à montrer des signes inquiétants. Ils sont raides, je n’ai aucune souplesse, je me retrouve une fois de plus à courir sur les talons, à mettre les freins alors que je devrais plutôt y aller à fond. Pour ma défense, la section est très technique et les switchbacks sont serrés, abruptes. Plusieurs coureurs me dépassent ici, ils filent comme des bombes. Je n’en reviens tout simplement pas. Jusqu’à ce que je les retrouve «explosés» quelques mètres plus bas…

IMG_5117

Selfie (de pied) de coureur après 77 kilomètres.

Courmayeur. 77 kilomètres de faits. Même si ce n’est pas exactement le cas au niveau du kilométrage, l’endroit est un peu considéré comme étant la mi-course. C’est ici que les coureurs ont droit à leur unique drop-bag. Et c’est ici aussi que je retrouve un peu de mon focus. Je me suis préparé mentalement durant la descente, je sais maintenant où je vais, ce que je veux et comment y arriver.

D’abord, je récupère mon sac et me trouve un endroit tranquille. Il est près de 8 heures du matin. Des coureurs mangent, d’autres font la sieste, d’autres se préparent à repartir. J’enlève mon chandail, puis mes chaussures et mes bas Injinji (bas à orteils, les seuls que j’utilise lors de mes ultras). Je nettoie et sèche mes pieds. Je prends le temps de les examiner ce faisant. Pas de bobos significatifs. Parfait. Je sors mes Pearl Izumi M2 de mon drop-bag et une paire de bas propre. Je me rechausse sans trop serrer mes lacets. J’enfile un nouveau tee-shirt, celui que m’a offert Mountain Hardwear et la gang de La Chute du Diable. J’enlève les vêtements mouillés de mon sac de course et les remplace par d’autres qui me serviront la nuit prochaine. Toutes ces opérations terminées, je me sens mieux. je peux aller manger. On nous sert des pâtes et j’en prends un bon bol. Quelques verres de San P. Puis, je me dirige vers le pseudo-dortoir où sont installés de gros matelas bleu de gymnastique. J’en prends un, m’y installe, règle l’alarme de mon iPhone pour 15 minutes et je ferme les yeux. Instantanément, je me mets à planer dans un endroit chaud et confortable et je pense à ma blonde et à mes filles, rien d’autre.

Au bout de 15 minutes, c’est la musique de Kill Bill qui me ramène sur terre. Je ne perds pas de temps, je me remets sur pieds, prêt à reprendre la route. Avant, je dois seulement remplir mes bouteilles d’eau fraîche et passer par les toilettes. Pour l’eau, pas de problème, pour les toilettes par contre… Il semble n’y en avoir qu’une seule (plutôt étrange) et deux allemands (les drapeaux apparaissent sur nos dossards) font la file. Tant pis, je passe mon tour, hors de question de poireauter plus longtemps ici. Je ferai ça à la trailrunner, c’est à dire, dans les bois…

De Courmayeur, on grimpe plus de 700 mètres sur 5 kilomètres jusqu’au Refuge Bertone. De là, la vue est splendide.

IMG_5119

 Près du Refuge Bertone, vue plongeante sur Courmayeur.

Au Refuge Bertone, la vue est donc splendide… et les toilettes sont libres! J’ai aussi droit à un petit café italien bien sucré qui me donne un sacré bon coup de fouet! Du Refuge Bertone (82 km) jusqu’à la station Arnuva (95 km), j’alterne efficacement entre course et marche rapide dans les montées. Tout baigne et si mes calculs sont bons, je suis dans les temps pour terminer près des 35 heures, ce qui me convient au plus haut point.

22244948

Quelque part en Italie. (Crédit: Maindru Photo.)

À la station Arnuva, je refais le plein et j’essaie de filmer un petit vidéo pour envoyer à ma blonde et mes filles. Sauf que la batterie de mon iPhone est quasi à plat et au moment d’envoyer le clip de 15 secondes, mon iPhone s’éteint et éteint le clip. Je rage un peu, fait une nouvelle tentative, avortée elle aussi. Et plus possible de prendre de photos à partir de maintenant. Tant pis.

Il est temps d’attaquer la montée du Grand col Ferret (2537 mètres) avant de basculer vers la Suisse.

La montée, pas de problème. Longue mais très belle. Arrivé au sommet, le vent est fort et il fait froid. Je m’arrête un instant pour enfiler mon coupe-vent et j’entame directement la descente. À partir de là, commence le sufferfest pour mes quadriceps. Jusqu’à la station suivante, La Fouly (108 km), je vais trouver le temps long. Très long. Et douloureux.

Après La Fouly, où je fais un de mes arrêts les plus courts, je retrouve un bon rythme sur la majeure partie de la section qui mène au petit village suisse de Praz de Fort que je traverse et que je trouve superbe. La montée suivante pour se rendre à Champex-Lac (122 km) est une véritable torture. La fatigue générale se fait sentir. La station à Champex-Lac en est une grosse avec aire de repos et tout, mais comme ma batterie d’iPhone est à plat et que j’hésite à demander à un bénévole de me réveiller après 15 minutes de sieste, je préfère me changer pour la nuit, manger un peu et me reposer en m’appuyant la tête sur une des tables à pique-nique. Je ferme les yeux et somnole une dizaine de minutes. Ensuite, je me prépare à repartir.

Un peu plus tôt, en arrivant, j’ai remarqué le tableau électronique qui affichait nos temps et notre classement. Avant de quitter, je m’y arrête à nouveau par curiosité et je vois que mon ami Laurent est entré dans la station après moi. Je pars à sa recherche, sous la tente, me disant qu’il doit être en train de manger et de se préparer pour la nuit. Comme je ne le trouve pas, j’en conclus qu’il a peut-être choisi d’aller dormir un peu. Pas question de le déranger. Je repars sous les encouragements des habitants de Champex-Lac qui crient mon nom et lancent de joyeux: «Allez, Canada, go, go, go!» Ça me fait sourire et me met de bonne humeur. Je cours sans forcer et deux cents mètres plus loin, j’aperçois un coureur arrêté sur le côté de la route qui fouille dans son sac. Laurent! Je lui dis que je l’ai cherché dans la station et il m’apprend qu’il ne s’y est pratiquement pas arrêté. On est content de se retrouver ici, on décide de poursuivre ensemble. Seulement, Laurent est un coureur beaucoup plus rapide que moi (moins de 2:45 au marathon) et bien qu’il soit fatigué lui aussi, ses quadriceps ne sont pas dans le même état que les miens. Si je peux maintenant le suivre sur les plats et les montées, il me perd dans les descentes. Je lui dis à plusieurs reprises de ne pas m’attendre et de continuer sans moi, qu’on se retrouvera bien. Non, il décide de rester en ma compagnie. On s’encourage, rendant ainsi la deuxième nuit un peu moins pénible.

La deuxième nuit… Je vais couper court ici, car cette deuxième nuit sera étrangement pareille au  Jour de la Marmotte (le film avec Bill Murray) avec des sections qui se suivent et se ressemblent beaucoup – du moins dans mon esprit.

Disons qu’il reste un marathon (42,2 km) à courir  et qu’il est aux environs de 21 heures. Nous mettrons, Laurent et moi, près de 12 heures à compléter ce foutu marathon. 12 heures! Le pattern n’est pas compliqué. Ça monte abrupte et ça descend à pic. Je passe devant pour les ascensions et Laurent (qui a cassé un de ses bâtons dès le début de la course) prend la tête pour les descentes. Beaucoup de roches, de racines. À certains endroits, il est préférable de ne pas perdre l’équilibre et de tomber en-dehors des sentiers car la chute risque d’être douloureuse… Les yeux me brûlent de fatigue, j’ai peur de m’endormir debout. À Trient (139 km), on fait une pause et un power-nap de 10 minutes. Je n’en dis rien à Laurent, mais je commence à avoir des hallucinations, je vois des statues dans les bois (une pianiste rousse en robe blanche!!) et toutes sortes de choses plutôt amusantes dans le faisceau de ma lampe frontale. Comme je connais le phénomène, ça me fait rigoler et je me concentre de mon mieux sur mes pas et sur le but ultime, celui d’avancer.

On passe peu de temps à Vallorcine (149 km). La dernière ascension nous attend, qui nous mènera à la Tête aux vents à 2130 mètres d’altitude. On dépasse pas mal de monde dans cette montée interminable. On s’arrête à quelques reprises pour reprendre notre souffle. On est littéralement «torchés», on ne se sent plus beaucoup de force. Et quand on lève les yeux au ciel et qu’on voit des étoiles, on réalise très vite que ce ne sont pas des étoiles, mais plutôt la lumière des frontales qui nous précèdent… Ça monte dans la face d’un singe! On reprend la route…

C’est le matin quand on arrive enfin à la station La Flégère (160 km). Laurent se prend un petit café et je me laisse choir sur une chaise. On blague avec une bénévole très sympathique. Il ne reste que 8 kilomètres à se taper et c’est la fin. Mais ces 8 derniers kilomètres sont en descente… Ce qui me plaisait beaucoup sur papier lorsque j’étudiais le parcours dans les jours précédents la course m’apparait à présent comme un véritable calvaire. Je crois que j’aurais préféré une dernière ascension. Mais bon, il faut ce qu’il faut et j’en ai vu des plus amochés que moi, je n’ai pas à me plaindre.

Les deux premiers kilomètres, je les fais sur les talons, naturellement. Sur les freins, de manière stupide. Puis, à force d’être dépassé à répétition, j’en ai marre, il est temps que ça finisse. Je me laisse aller et même si ça fait mal, je serre les dents. Ça fait BANG! BANG! BANG! dans chaque fibre de mon corps. On rattrape plusieurs coureurs – il me semble- et ça me redonne le moral. Ce n’est pas une question de compétition ni de classement au final. Honnêtement je m’en fous. Je veux simplement terminer cette course et au plus vite. J’espérais, au mieux, terminer près des 35 heures. Je sais maintenant que je serai sous la barre des 40 heures. Et c’est parfait comme ça. La deuxième nuit a été beaucoup plus dure que je m’y attendais et mes jambes ne m’ont pas facilité la tache. Mais voilà, on y est presque. Bientôt, j’en aurai fini avec ce colossal UTMB!

22269005

Avec Laurent, à quelques mètres de l’arrivée, dimanche matin. (Crédit: Maindru Photo.)

On quitte les sentiers pour entrer dans Chamonix. Ça y est! Il ne reste qu’un petit kilomètre à courir! Il est encore tôt, mais déjà des gens sont assemblés le long du parcours, certains en train de petit-déjeuner sur les terrasses. On nous encourage, on crie nos noms, j’entends: «Les canadiens sont là!» Laurent et moi, on a le sourire fendu jusqu’aux oreilles. On rentre enfin à la maison!

IMG_5144

Sur mon fil Twitter. Je tiens à préciser que ce n’est pas moi qui textais en course, mais bien un système informatique…

Passé le fil d’arrivé, je n’ai qu’une envie: m’asseoir au plus vite. Puis, boire une bière. Même si c’est de la Heineken… Aussitôt que je m’installe sur un bout de trottoir, j’ai des spasmes dans les muscles et je crampe solide. J’enlève tant bien que mal mes chaussures. J’ai l’impression d’avoir une ampoule de la taille d’une balle de golf sous le pied gauche. Eh bien non! À peine une petite boursoufflure, rien de terrible. Une amie québécoise de Laurent (dont j’oublie le nom, désolé…) est avec nous. Elle habite dans le coin. Elle nous aide et on discute un peu. J’ai du mal à croire que je suis là et que j’ai terminé cette course, j’ai du mal à croire que j’ai franchi la ligne d’arrivée du mythique UTMB. En même temps, je suis comme un peu paumé, j’ai du mal à savourer l’instant.

C’est encore la nuit à Boucherville et j’ai trop hâte de donner des nouvelles à ma blonde et mes filles (ce que je ne sais pas, c’est que Nathalie et Simone se sont réveillées à 2 heures 30 du matin et qu’elles m’ont vu arriver en direct via la webcam). Je termine ma bière et me relève en grimaçant. À 46 ans, ça grince comme si j’en avait le double. On se fait une accolade, Laurent et moi. On se remercie mutuellement d’avoir terminé ça ensemble. Puis, je prends tranquillement le chemin de ma petite «cabane» à Chamonix. Et quand je dis tranquillement…

J’écris un texto à ma famille pour leur dire que je suis rentré, que tout va bien et que je vais les rejoindre via FaceTime plus tard. Je prends une bonne douche et je me laisse tomber sur le lit. Je m’endors sans trop de soucis.

Plus tard, après avoir parlé à ma blonde et mes filles, je retourne à la Place du Triangle de l’Amitié pour l’arrivée des derniers coureurs et la remise des prix. Ensuite, je vais reprendre mon drop-bag à l’endroit prévu. Je tombe sur Fanny, une québécoise qui vit dans l’Ouest. Elle a terminé elle aussi. Elle est avec sa mère. Je les ai rencontrées le jour de mon arrivée à Chamonix. Sa mère a fait un saut de parapente en tandem, la veille de la course, ce qui m’impressionne au plus haut point. Pas certain que j’aurais les couilles… On discute un moment, on se félicite et on se souhaite un bon retour.

Pour souper, sous les conseils de ma nutritionniste personnelle et préférée, je m’offre la totale: tartiflette et sa salade avec une bonne (plus ou moins) bière fraîche! (Pas vrai que ma blonde m’a conseillé ça, mais elle n’était pas contre non plus…)

IMG_5151

Tartiflette et sa salade et une bière qui m’a fait m’ennuyer de la IPA. Je n’ai pas pris en photo les escargots qui ont précédés, ni la tarte tatin qui a suivie. Et je ne peux pas expliquer la présence des deux corbeilles de pain…

Après tout ça? Du repos. Juste. Du. repos.

IMG_5130

Repos au soleil.

Dernier mot. La beauté de l’instantané.

IMG_5149

Graffiti sur un mur de Chamonix, au lendemain de l’UTMB 2014.