Divers

Repos, récupération, relâche

Ce matin l’envie de courir était plutôt mince, voire nulle. Mal dormi – insomnie de 2:30 à 4:00 – et jambes fatiguées. Pourtant, une fois debout, je savais que j’irais m’enfiler mes 10-12 km malgré tout, je savais que je me botterais le derrière pour les faire. À la radio, sur le web, partout, ils annonçaient de la pluie et du vent. Super! Ça va être parfaitement merdique comme entraînement, misérable… Allez hop! allons faire travailler la tête tout en courant sur des jambes en coton!…

Étrange comme les choses peuvent être parfois. Il se trouve que je me suis payé une belle petite course sous la pluie, un 13,30 km à une allure qui ne cassait peut-être rien mais qui était tout à fait raisonnable pour une samedi matin slocheux, début mars. J’ai bien configuré mon parcours mentalement avant de partir, vent de face pour les deux premiers kilomètres, puis vent dans le dos pour la quasi totalité des autres. Avec mes Montrail en GoreTex, je me suis même fait un devoir de traverser les flaques d’eau en plein milieu, sans jamais prendre la peine de les contourner. Il faut savoir s’amuser. On court pour ça, aussi. On a le droit de faire l’enfant quand on court. Il faut se le rappeler.

Et je me suis aussi rappelé (tout le monde n’est pas d’accord) comment ça peut être cool de courir sous la pluie, même en hiver.

Étrange comme un entraînement qui s’annonce mal tourne bien, et comme un qui s’annonce bien, tourne mal… Ma longue sortie, il y a deux ou trois semaines. 30 kilomètres que je me faisais plaisir de m’offrir. Ma première vraie longue sortie sur route depuis longtemps. Le calcul était simple: 6 minutes du kilomètre, 10km/h, 30 km en 3 heures. Pas de vitesse ici, zone 1 tout du long, sans s’énerver. Easy going… L’Horreur. Pure et simple. Une petite guerre du Vietnam perso. Perdue d’avance. Après 5 km, mon allure s’est dégradée joliment passant très vite de 6 minutes à 6 minutes 10 du kilo, puis à 6:15, 6:20, etc. J’avais beau essayer de rétablir, rien n’y faisait. J’ai réussi à freiner l’hémorragie, oscillant entre 6:10 et 6:25, faisant même de minis remontées à 5:55! Après 15 kilomètres, l’option voie de sortie s’est présentée, petit crochet vers la gauche et on rentre à la maison… Mais j’ai plutôt décidé de boire la coupe jusqu’à la lie et de me payer la totale. Donc, direction Parc Michel Chartrand à Longueuil, puis retour sur mes pas… Au final, une longue plus longue (en temps) que prévue, pénible et lamentable, qui m’a laissé complètement déshydraté (le tuyau de mon sac d’hydratation à superbement bien geler dès le kilomètre numéro 8 et ce, bien qu’il soit «isolé» contre le froid!) et sur les genoux pour les deux jours à suivants.

Comme il faut savoir s’amuser, il faut aussi savoir s’accrocher.

Tant et aussi longtemps qu’une blessure ne pointe pas à l’horizon…

***

Cela dit, il est temps de mettre la pédale douce pour les jours à venir. Mon kilométrage total en février s’élève à 274,63. Un peu plus qu’en janvier. Le volume augmente tranquille. Mon premier ultra de la saison, TNF Endurance Challenge à Bear Mountain, est dans deux mois. Tout va bien.

Maintenant, permettre au corps de récupérer un peu. Et à l’esprit de se reposer.

Comme c’est le début de la relâche scolaire, je vais profiter de la semaine avec mes filles. Cinéma, musée, randonnées. Un peu de patin. On va voir…

Et ce soir, souper pizza avec les amis.

Life is good!

***

Littérature.

Petit livre que je traîne avec moi depuis plusieurs années. En vivant, en écrivant, par Annie Dillard.

Ça commence ainsi:

«En écrivant, tu déploies une ligne de mots. Cette ligne de mots est un pic de mineur, un ciseau de sculpteur, une sonde de chirurgien. Tu manies ton outil et il fraie un chemin que tu suis. Tu te trouves bientôt profondément engagé en territoire inconnu. S’agit-il d’une impasse, ou bien as-tu localisé le vrai sujet? Tu le sauras demain, ou dans un an.»

Un petit bouquin sur l’art d’écrire. Petit livre zen où l’on peut aisément méditer sans se perdre, où un peu de magie scintille à chaque page.

***

Inspirations…

2 réflexions sur “Repos, récupération, relâche

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s